Accueil > Septembre 2008 > Marité Villeneuve gagnante du prix "Intérêt général" 2008

Marité Villeneuve gagnante du prix "Intérêt général" 2008

L’équipe du Salon du livre du Saguenay–Lac-Saint-Jean dévoile aujourd’hui la gagnante du Prix littéraire AbitibiBowater Intérêt général 2008. Publié en octobre 2007, le jury a retenu l’essai de Marité Villeneuve, maintenant de Saint-Nicolas et autrefois de Chicoutimi, intitulé Des pas sur la page, publié aux éditions Fides.

On ne peut créer sans se créer soi-même : telle est, pour Marité Villeneuve la clé de la conjonction qui a marqué sa vie. En permettant, en effet, à la psychologue de profession qu’elle a été pendant vingt ans de trouver dans l’exercice de l’écriture le plein usage de son imaginaire la création artistique lui a aussi livré l’une des sources essentielles de l’accomplissement de soi ; par la magie des mots qui tracent obstinément leur voie sur la page, la spécialiste des malheurs de l’âme s’est ainsi changée, dans la joie, en thérapeute habitée par « l’amour de l’âme ». Ce livre facile d’accès, écrit dans une langue simple mais élégante, parle aussi de Marité Villeneuve avec pudeur et sobriété : l’auteure y décrit son cheminement personnel, sans donner de leçon ni jouer les modèles, mais pour inciter chacun à découvrir le rythme de ses propres pas sur la page. Ses expériences multiples d’écrivaine, d’animatrice d’ateliers d’écriture et de thérapeute se conjuguent pour donner à son lecteur le désir d’écrire et le goût de la création : « J’ai compris, nous dit Marité Villeneuve, qu’il fallait écrire et faire écrire des histoires, des histoires créatives, des histoires fantaisistes, des histoires qui remettent en route la rêverie et qui permettent de transformer le vécu en création. » (p. 22). Un chaleureux plaidoyer pour qu’à travers l’imaginaire et le travail heureux de l’écriture, chacun parvienne enfin à inventer une vie qui lui soit vraiment propre.

Dans la même catégorie, le jury a retenu comme finaliste Dany Côté de Jonquière pour sa monographie intitulée Kénogami : Camériste de l’industrie, 1912-1975 , éditée par Publication de la Société historique du Saguenay

Disparue lors de la fusion de 1975, la municipalité de Kénogami a connu l’histoire fascinante d’une ville de compagnie, planifiée dès avant sa naissance et qui aura pu s’enorgueillir, dans les années vingt, de posséder avec son usine de pâtes l’un des centres les plus importants de l’industrie papetière mondiale. Dans cet ouvrage de référence, qui servira sans doute de base à des recherches ultérieures, Dany Côté fait revivre tout un monde révolu, avec son quartier anglais où logent les cadres protestants et son quartier français d’ouvriers catholiques. Les classes sociales y sont nettement distinctes et l’auteur décrit leur séparation avec franchise et lucidité, en s’appuyant sur une recherche exhaustive mais jamais trop lourde à la lecture. Des cartes éloquentes, des illustrations bien choisies et des statistiques précises dressent un tableau complet de la ville et de ses habitants qu’on suit à leur travail mais aussi dans leurs loisirs et dans les querelles politiques qui les animent. Cet impressionnant travail de recherche se lit comme un roman et apporte un précieux témoignage sur une époque révolue mais pas si lointaine où la modernité industrielle et sociale avait un accent régional.

Le jury accorde une mention spéciale à Michaël La Chance, de Chicoutimi pour son essai Œuvres-bombes et bioterreur, l’art au temps des bombes, publié chez Intervention Éditeur.

Ce temps des bombes, c’est celui que nous vivons et c’est d’un regard particulièrement lucide que Michaël La Chance scrute les situations et les dilemmes qui s’offrent à chacun d’entre nous et en particulier aux artistes. Pris entre la répression déclenchée, souvent de façon sournoise, par les pouvoirs politiques et l’indifférence du plus grand nombre à leur travail, les artistes contemporains s’efforcent de protester avec véhémence et courage contre la chape de plomb qui s’abat, sous prétexte de lutte au terrorisme, sur nos sociétés où toute opposition radicale est réduite au silence. Cette étude basée sur une recherche particulièrement riche analyse avec finesse et rigueur les diverses manifestations artistiques qui, à l’échelle internationale, témoignent de la protestation des artistes et tentent de provoquer les réactions du public à l’insupportable violence qui, de partout, nous est infligée. Puisque l’œuvre peut aussi devoir se faire bombe pour couvrir le bruit des explosions, il faut apprendre à les lire pour en mesurer l’impact. Dans cet essai incisif sur un sujet difficile, Michaël La Chance plaide avec éloquence pour un art de combat. On ne peut que lui souhaiter un vaste public.

Chaque semaine, le Salon du livre dévoilera le gagnant d’une catégorie des Prix littéraires AbitibiBowater jusqu’à la grande soirée de remise de prix qui aura lieu le jeudi 25 septembre lors de la cérémonie d’ouverture officielle de la 44e Salon du livre du Saguenay-Lac-Saint-Jean. À surveiller, le gagnant de la catégorie Roman qui sera dévoilé le lundi 8 septembre.

Voici d’ailleurs les œuvres présélectionnées dans la catégorie Roman des Prix littéraires AbitibiBowater 2008 du Salon du livre du Saguenay–Lac-Saint-Jean :

· Marie Christine Bernard, Mademoiselle Personne (Hurtubise HMH)
· Alain Gagnon, Kassauan: une enquête d’Olaf Bégon (Éditions du Cram)
· Patrick Nicol, La notaire (Leméac)
· Lise Tremblay, La soeur de Judith (Boréal)
· Louis Tremblay, Une vie normale (Hurtubise HMH)

——-

Source : Chantale Tremblay
Coordonnatrice aux communications, Salon du livre du Saguenay-Lac-Saint-Jean

Copyright – Made in Québec – Jean-Luc Doumont – 2008
Toute reproduction interdite sans la mention
https://madeinquebec.wordpress.com

Publicités
Catégories :Septembre 2008
  1. Aucun commentaire pour l’instant.
  1. No trackbacks yet.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :