Accueil > Septembre 2008 > " Onontio " de Maxime Gohier

" Onontio " de Maxime Gohier

Récit :

Le 27 mai 1603, François Dupont-Gravé et Samuel de Champlain débarquent à Tadoussac où ils établissent avec les nations montagnaise, algonquine et etchemine, les bases d’une alliance qui allait unir leurs peuples pour les 160 prochaines années. Deux Montagnais qui ont été reçus par le roi Henri IV confirment au chef Anadabijou « que saditte Majesté leur voulloit du bien, & desiroit peupler leur terre, & faire paix avec leurs ennemis (qui sont les Irocois), ou leur envoyer des forces pour les vaincre ».

Dans son récit intitulé Des Sauvages, Champlain résume ainsi la politique que la France entend mettre en oeuvre en Amérique du Nord. Tous les administrateurs après lui allaient poursuivre, tant bien que mal, un même objectif : établir et maintenir une paix générale entre toutes les nations autochtones.

Ce système d’alliance repose toutefois sur un rapport inégal entre Français et Amérindiens, alors que le gouverneur français occupe le rôle prédominant. Celui que les Amérindiens appelaient communément Onontio – qui signifie La Grande Montagne ou La Belle Montagne, traduction huronne du nom de Charles Huault de Montmagny, premier gouverneur de la Nouvelle-France – non seulement était leur « père » au sein de l’Alliance, mais il se présentait aussi comme « le médiateur de la paix publique », « l’arbitre absolu de la guerre et de la paix » ou même « le maistre des casses-testes », pour reprendre une formulation amérindienne.

Contrairement aux autres puissances européennes, les Français n’ont pas « divisé pour régner » ; ils ont plutôt misé sur la paix entre les autochtones pour consolider leur empire. Et l’un des moments clés dans l’histoire de la médiation française est sans contredit la Grande Paix de Montréal, signée le 4 août 1701 par les Français et près d’une quarantaine de nations amérindiennes.

Avis :

Le terme « Onontio » est d’origine iroquoienne et signifie « La Grande Montagne« . Il s’agit plus précisément de la traduction huronne du nom du premier gouverneur de la Nouvelle-France.

Dans cet essai, assez bien réussi, on pourrait croire qu’avec le nombre de livres qui sont publiés sur la Nouvelle-France, tout aurait déjà été écrit. Détrompez-vous. Maxime Gohier, qui maîtrise le genre de l’essai avec un certain brio, il arrive à passionner le lecteur avec un sujet qui au départ est assez banal.

Même si à quelques passages, l’auteur manque un peu de maturité, il faut cependant souligner la conclusion qui est bien écrite et assez réussie.

L’alliance franco-amérindienne : le réseau des Grands Lacs, le chapitre III et le chapitre IV sont passionnants.
Onontio tient toutes ces promesses. À la fois passionnant et éducatif.

À lire.

Auteur :

Maxime Gohier est titulaire d’une maîtrise en histoire de l’Université du Québec à Montréal. Il poursuit actuellement des recherches doctorales sur l’histoire des autochtones du Québec sous le Régime britannique.

Références :

Titre : Onontio le médiateur
Auteur : Maxime Gohier
Éditeur : Septentrion
ISBN : 978-2-89448-547-6
Prix : 24,95 $

Copyright – Made in Québec – Jean-Luc Doumont – 2008
Toute reproduction interdite sans la mention
https://madeinquebec.wordpress.com

Publicités
Catégories :Septembre 2008
  1. Aucun commentaire pour l’instant.
  1. No trackbacks yet.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :