Accueil > Septembre 2008 > " La gardienne des tableaux " d’Hugues Corriveau

" La gardienne des tableaux " d’Hugues Corriveau

Récit :

Et puis non, ce matin, suivre cette femme avec sa robe aux tomates imprimées qui l’aspire jusqu’au moelleux de sa chair. Un jeu de pistes, une surveillance policière. Il rattrape ce peu d’énergie qu’il lui fallait pour renaître, pour donner un sens à sa dérive d’aujourd’hui.

Marc Rialto est un amateur d’art. Il s’abreuve à la peinture de ses idoles, entre autres celle de Louis-Pierre Bougie. Il jouit des tableaux tout comme il fera jouir la grise Constance Tweed, gardienne des tableaux, soudain étonnée de savoir qu’elle vit. Si surprise de vibrer d’amour qu’elle partira à la recherche de Marc qui a quitté Montréal pour Rome où il ne cesse de tourner les noms des rues dans sa bouche comme si c’étaient des grenadines.

Il est fébrile. Il pense aussi à Constance. Entre eux d’eux, une rencontre qui aurait pu prendre une tout autre allure si Marc Rialto n’avait pas rencontré cette femme « au sang gorgé des fruits mouillés d’aurore ».

Marc ignore jusqu’à quelles extrémités il sera prêt à aller pour cette femme avec sa robe à la tomate. Car si Constance est née dans ses bras, une autre peut-elle mourir de désir pour lui ?

Avis :

Les mots de Corriveau, et ce, dès les premières pages, sont remplies d’une grande poésie.

Le désir, la sensualité est presque omniprésente entre Marc Rialto et cette gardienne de tableaux, Constance Tweed.

L’auteur nous entraîne avec une saisissante écriture dans l’art, mais où la passion dépasse les frontières.

Ce roman est vibrant, touchant et excelle dans un style littéraire que l’on croyait avoir perdu.

Hugues Corriveau, fais partie de ces auteurs qui vivent pour l’écriture et cela se ressent à chaque page. Il démontre que sa passion de raconter des histoires de la vie quotidienne est restée intacte. Il n’essaye pas de ressembler à un autre auteur, il est lui-même avec sa perfection.

Un roman qui se lit avec plaisir.

Auteur :

Hugues Corriveau, poète, romancier, nouvelliste et essayiste, est critique de poésie et de roman à la revue Lettres québécoises, ainsi que critique de poésie au journal Le Devoir. Il est l’auteur de vingt-cinq livres. La gardienne des tableaux est le troisième roman qu’il fait paraître chez XYZ Éditeur. En 1992, sortait, dans la collection « Romanichels », La maison rouge du bord de mer (prix Alfred-DesRochers 1992), et en 1998, dans la même collection, Parc univers (Grand Prix du livre de la Ville de Sherbrooke 2000 et mis en nomination au prix Ringuet 1999 de l’Académie des lettres du Québec). En 2006 paraissait, au Noroît, son plus récent recueil de poésie, Paroles pour un voyageur, pour lequel il a reçu pour la seconde fois le prix Alfred-DesRochers (2006) et pour la troisième fois le Grand Prix du livre de la Ville de Sherbrooke (2008). En février 2009, les Éditions du Noroît publieront son nouveau recueil de poésie intitulé Le livre des absents.

Références :

Titre : La gardienne des tableaux
Auteur : Hugues Corriveau
Éditeur : XYZ éditeur
ISBN : 978-2-89261-532-6
Prix : 20 $

Copyright – Made in Québec – Jean-Luc Doumont – 2008
Toute reproduction interdite sans la mention
https://madeinquebec.wordpress.com

Publicités
Catégories :Septembre 2008
  1. 1 octobre 2008 à 12:45

    J’avais déjà l’intention de le lire. L’envie s’en trouve décuplée. Merci.

  1. No trackbacks yet.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :