Accueil > Octobre 2008 > Entrevue avec Hervé Gagnon, auteur du " Talisman de Nergal "

Entrevue avec Hervé Gagnon, auteur du " Talisman de Nergal "

Rencontrer Hervé Gagnon, est sans doute la chose la plus simple qui soit. Notre rencontre fut au Salon du Livre du Saguenay-Lac-Saint-Jean et elle fut, pour ma part, mémorable. Un homme franc, d’une grande disponibilité et surtout qui met son interlocuteur à l’aise. Ce dernier connaît un grand succès avec sa série « Le Talisman de Nergal », un succès à la hauteur de cet homme.

MiQ : Quel fut l’élément déclencheur d’où est parti la rédaction de vos romans?

Hervé Gagnon : D’abord une longue période de négociation avec mon éditeur au cours de laquelle je refusais systématiquement d’envisager l’écriture de la série qu’il me demandait parce que je ne m’en sentais pas capable! Leçon à retenir : l’éditeur connaît souvent mieux nos capacités que nous le connaissons nous-mêmes… Lorsque j’ai fini par accepter l’idée que je serais peut-être en mesure de le faire, je me suis demandé ce que j’aimais écrire. La réponse : de l’histoire et du fantastique. Pourquoi ne pas jumeler les deux? Je savais que ma force résidant dans ma capacité de faire revivre une époque. Je suis donc parti de là. Je me suis ensuite demandé comment je pourrais m’offrir le luxe de parler de plus d’une époque. C’est de là qu’est venue l’idée de récupérer les fragments d’un talisman, qui présupposait que je devrais me doter d’un moyen de changer d’époque et de règles temporelles pour éviter les paradoxes. Pour le reste, la symbolique a dicté les périodes dans lesquelles la quête se déroule. Et comme je possède une abondante bibliothèque d’histoire un peu ésotérique, j’ai mis à profit tout ce que j’avais lu depuis vingt ans sans jamais croire que je l’utiliserais un jour!

MiQ : Est-ce que Manaïl ce jeune Babylonien de 14 ans que la vie n’a pas épargné, vous ressemble-t-il parfois? Lui avez-vous prêté quelque chose de votre caractère ou de votre vécu?

Hervé Gagnon : Pas du tout! Manaïl est une pure création de l’esprit. Pour que Le talisman de Nergal soit crédible, j’avais besoin d’un héros improbable, qui douterait de sa propre pertinence. Un héros malgré lui, en quelque sorte. Au fond, sous la quête mystique qui anime la série s’en cache une autre, initiatique celle-là; celle de Manaïl lui-même, qui se découvre, mesure ses limites et, ultimement, apprend qui il est.

MiQ : Comment récupérez-vous toute l’information dont vous avez besoin pour écrire vos romans?

Hervé Gagnon : J’ai toujours dit qu’un bon historien n’était pas celui qui savait tout mais bien celui qui savait où trouver ce qu’il ignorait. Grâce à mes études et à mon travail, je possède un solide bagage préalable. J’ai exploré différentes périodes, de nombreux sujets, et je possède une excellente bibliothèque. Je n’aurais sans doute pas pu planifier cette série si je n’avais pas eu cette base. Elle m’a permis de déterminer, en gros, quelles époques et quelles thématiques seraient les plus propices à l’intrigue. Par la suite, pour chacun des tomes, j’ai relu quelques bouquins sur les périodes dont j’allais traiter, j’ai pris une foule de notes et je me suis monté des banques d’images. Ensuite, seulement, j’ai commencé à rédiger. À mesure que j’avance, le déroulement du récit exige que je retourne fouiller pour trouver des petits détails. Des heures, parfois, pour écrire une ligne! Et à la relecture du manuscrit, je peaufine encore! Sans être maniaque du détail, j’aime brosser le portrait le plus juste possible d’une époque et j’y consacre le temps nécessaire.

MiQ : Dans mes connaissances, beaucoup d’adultes lisent « Le Talisman de Nergal ». Vos romans sont intergénérationnels. Était-ce le public cible dès le départ?

Hervé Gagnon : Je ne crois pas. Au départ, j’avais le sentiment d’écrire pour les 14-20 ans. Mais en cours de route, j’ai constaté que ce que je faisais était moins « typé » que je l’avais cru. J’aborde le passé tel qu’il était, avec ses laideurs, sa violence, ses préjugés. Les notions que je manipule (la symbolique, la temporalité, le mysticisme, l’ésotérisme) sont aussi assez complexes et je n’ai pas fait de compromis. C’est sans doute pour cela que les adultes se sont trouvés à l’aise avec la série. Et c’est tant mieux. J’aime écrire Nergal et je suis heureux qu’il plaise.

MiQ : Est-ce qu’un jour Hervé Gagnon écrira un roman contemporain?

Hervé Gagnon : Fondamentalement, je suis un historien. J’aime apprendre l’histoire et la raconter. Lorsque j’écris, j’échappe au présent et je vis à d’autres époques. Ce n’est pas un privilège qu’on abandonne facilement! De plus, il faut bien l’admettre, je trouve une certaine sécurité dans l’écriture historique. J’y évolue avec aisance parce que je maîtrise bien la matière et qu’elle me satisfait pleinement. J’ai déjà écrit quelques romans jeunesse qui se déroulaient de nos jours mais, en toute franchise, je ne suis pas certain qu’ils étaient du même niveau de qualité que mes romans historiques – quoique la critique a toujours été positive. Au fond, je préfère définitivement écrire de l’histoire, même si c’est plus contraignant. Le fait de devoir respecter les faits et d’y insérer une intrigue fictive mais crédible est pour moi un jeu intellectuel toujours renouvelé.

MiQ : Vos romans s’exportent en Europe. Quelle a été votre réaction en apprenant la bonne nouvelle?

Hervé Gagnon : La surprise et l’incrédulité! Naturellement, je me sentais flatté. Mais en même temps, je me demandais «  pourquoi moi » ? J’y ai vu une reconnaissance du travail bien fait mais aussi quelque chose comme un alignement de planètes… Qu’est-ce qui fait qu’une série est jugée assez bonne pour être exportée? Un ensemble de facteurs, je suppose : la qualité, sans doute, mais aussi le fait qu’on corresponde au goût du jour, ou que nos intérêts rejoignent ceux des lecteurs.

MiQ : Sur votre blogue, vous écrivez « J’ai beaucoup de difficulté à me voir moi-même comme un auteur. Un écrivain, ça va. » Tous les écrivains ne sont-ils pas des auteurs?

Hervé Gagnon : Tout dépend des définitions que l’on accole à chaque terme. Pour moi, l’auteur est un artiste alors que l’écrivain est un artisan. Je me vois comme un artisan. J’accorde une grande vertu au travail bien fait et patiemment exécuté, un peu comme l’ébéniste qui passe une dernière fois la main sur la surface du bois et qui est content du résultat. À mes yeux, un roman est avant tout cela : un ouvrage accompli au meilleur de ses capacités, un peu dans l’esprit des bâtisseurs du Moyen Age.

MiQ : Lors des nombreux « Salon du Livre», vous rencontrez beaucoup votre lectorat. Quel rapport avez-vous avec eux?

Hervé Gagnon : Très stimulant. J’adore entendre leurs commentaires sur la série, ce qu’ils ont aimé mais aussi ce qu’ils ont moins aimé – ou pas du tout! J’aime aussi connaître leurs attentes pour la suite. Ce que j’apprécie par dessus tout, c’est qu’ils ne sont pas timides. Ils partagent leurs idées et donnent des opinions franches.

MiQ : Quels sont vos projets?

Hervé Gagnon : Terminer le tome 6, qui s’annonce plus long que prévu! J’ai dû faire un détour imprévu vers Washington en 1865 et un des personnages m’a fait un coup pendable avec lequel je dois me débrouiller. Et il faut aussi que je m’assure d’attacher toutes les ficelles car c,est ma dernière chance. Pour la suite des choses, j’ai quelques idées pour une série sur le saint Graal. Rien de définitif encore mais ça tournera sans doute autour des templiers du 12e au 14e siècles et de la vraie nature du Graal.

MiQ : Je vous laisse le dernier mot pour faire passer un message aux lecteurs…

Hervé Gagnon : J’espère que vous prenez autant de plaisir à lire Le talisman de Nergal que j’en ai à l’écrire! Au bout du compte, c’est pour vous que je le fais!

Copyright – Made in Québec – Jean-Luc Doumont – 2008
Toute reproduction interdite sans la mention
https://madeinquebec.wordpress.com

Publicités
Catégories :Octobre 2008
  1. Aucun commentaire pour l’instant.
  1. No trackbacks yet.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :