Accueil > Décembre 2008 > " Chroniques 1968 " d’Alexandre Vialatte

" Chroniques 1968 " d’Alexandre Vialatte

Récit :

Qu’est-ce, selon Vialatte, que la révolution ?  » Un voisin chauve qui passe la tête au-dessus d’une muraille de silence.  » Les motivations des jeunes à agir ?  » D’autres dataient de Verdun, de Diên Biên Phu, de l’OAS, de l’exode ou du marché noir. Ils ont voulu eux aussi dater de quelque chose. D’un événement qui les révèle à eux-mêmes. Et ils ont forcé l’événement.  » Conclusion ?  » Ils ont ressemblé à leurs pères. On ne va pas contre l’hérédité.  » Et demain, que restera-t-il de Mai 68 ?  » Tout dépendra des gouvernements. De l’intérêt qu’auront les plus forts à minimiser l’aventure ou à en faire dater la naissance de leur règne « , prophétise-t-il à la date du 15 décembre 1968. Dans ce volume qui rassemble le millésime 1968 des chroniques d’un observateur inégalable des mœurs de son temps, on n’apprendra en réalité presque rien sur les  » événements de Mai « , mais en revanche mille détails essentiels sur les océans, les fleuves et les îles ; les montagnes, les plaines et les continents – qui ont en commun de  » remonter à la plus haute Antiquité « . Et on y croisera surtout la route de l’homme,  » enfant chéri de cette chronique « ,  » vaincu par ses conquêtes « , dont Vialatte se demande :  » Que pouvait-il faire sans auto à laver ?  » De Pierre Desproges à Amélie Nothomb, de plus en plus nombreux sont ceux qui revendiquent une filiation avec l’humour absurde et le style prodigieux d’Alexandre Vialatte.

Avis :

Alexandre Vialatte fut le précurseur de l’humour absurde en Europe. Il ne fut pas très connu, mais certaines personnalités se revendiquent de cette pensée. Son style littéraire est prodigieux, des phrases rythmées, des phrases qui percutent le lecteur à chaque reprise. Il parle de Georges Simenon, de la Belgique, …

Et si son humour cachait une blessure?

Plusieurs fois, je me suis posé cette question. Souhaitait-il cacher des choses par un humour corrosif et absurde? À la lecture de ces textes, on pourrait penser que oui.

Ces « Chroniques 68 » sont d’une grande bouffée d’air frais dans la littérature. Il décrit l’année 68, mythique pour les Européens, avec une force et une émotion rare.

Un excellent moment de lecture.

À découvrir.

Auteur :

Alexandre Vialatte (1901-1971) est l’auteur d’une douzaine de romans dont Battling le Ténébreux, Les Fruits du Congo, Le Fidèle Berger. Chroniqueur (notamment au journal La Montagne pour lequel il écrivit neuf cents chroniques), poète, traducteur de Nietzsche et de Thomas Mann, il fut aussi celui qui traduisit et fit connaître Kafka en France. Parues en 2000 dans la collection  » Bouquins « , ses Chroniques de la Montagne ont été vendues à près de trente mille exemplaires.

Site Internet : http://avialatte.free.fr

Références :

Titre : Chroniques 1968
Auteur : Alexandre Vialatte
Éditeur : Julliard
ISBN : 978-2-260-01760-8

Copyright – Made in Québec – Jean-Luc Doumont – 2008
Toute reproduction interdite sans la mention
https://madeinquebec.wordpress.com

Publicités
Catégories :Décembre 2008
  1. Aucun commentaire pour l’instant.
  1. No trackbacks yet.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :