Accueil > Décembre 2008 > " Frontenac " de Micheline Bail + entrevue

" Frontenac " de Micheline Bail + entrevue

Récit :

Après sept ans d’exil en France, le comte de Frontenac est enfin de retour au Canada. Mais la colonie manque cruellement d’homme et de moyens. Louis XIV a des affaires plus pressantes en Europe. Seuls, les Canadiens devront affronter l’ennemi iroquois, ces cinq nations armées par les Anglais qui l’attaquent sans relâche. Sous les ordres de Frontenac, les Canadiens riposteront à l’indienne. Ils mèneront une véritable guérilla en terrorisant les villages anglais et en envahissant les territoires iroquois. Dans une lutte incessante pour le contrôle des fourrures et du territoire, Frontenac tentera par tous les moyens de garantir la paix à sa colonie en créant une alliance avec les nations indiennes. Malgré les injonctions contraires de la Cour, il poussera les Canadiens à déborder leurs frontières pour rayonner sur un territoire grand comme un continent, et tisser avec les autochtones un vaste réseau d’alliances politiques, commerciales et militaires. Frontenac relate le destin épique d’un homme passionné et fougueux aux convictions inébranlables. Un homme d’honneur animant les foules et soulevant les passions chez ses officiers comme chez les femmes qui l’entourent. Une vie d’intrigues visant à assurer la survie d’un peuple.

Avis :

Ce livre arrive à point pour le temps des Fêtes. Lire un bon roman proche d’un feu, quel bonheur.

Micheline Bail, arrive avec son premier tome sur la vie de Frontenac. D’abord, ce qui m’a surpris c’est le rythme très cadencé des mots et des chapitres qui s’enchaînent sans jamais se doubler. Une cadence qui ressemble aux meilleurs romans américains qu’il soit. J’ai rarement vu une cadence avec une intensité pareille. Pourtant, je lis pas mal de romans par année, mais celui m’a accrocher au point de ne pas m’endormir avant de l’avoir terminé. Car “Frontenac” on en deviens vite dépendant. On lit chapitre après chapitre sans vouloir s’arrêter.

L’auteure a réussi à captiver son lecteur, ainsi qu’à redonner les lettres de noblesse au roman historique. Car depuis quelque temps, les mêmes choses revenaient sans cesse, ici elle ose s’aventurer, donner du rythme tout en respectant la vie de Frontenac.

C’est une oeuvre majeure qui s’inscrit d’ores et déjà dans les classiques de la littérature québécoise.

J’ai passé un moment exquis avec ce roman.

À lire sans tarder.

Auteure :

Après L’Esclave (Libre Expression, 1999), Micheline Bail plonge à nouveau dans l’histoire de la Nouvelle-France. Frontenac Tome 1 : La Tourmente est son second roman.

Références :

Titre : Frontenac
Auteure : Micheline Bail
Éditeur : HMH Hurtubise
ISBN : 978-2-89647-054-9
Prix : 32,95 $

——————————-

Entrevue avec Micheline Bail

MiQ : En tant qu’auteure, qu’est-ce qui vous a séduite dans l’histoire de Frontenac?
Micheline Bail : Ce qui m’a intéressé, c’est la période elle-même, elle est exceptionnelle dans l’histoire de la Nouvelle France. Ce premier roman débute en 1689, avec le fameux massacre de Lachine. Cela a été un début de l’ensemble une série de meurtres entre Montréal et Trois-Rivières, pendant presque 12 ans. Ce qui m’a plu aussi c’est en 1701, c’est la grande paix de Montréal. Je me suis posée comme question : “Comment cela se fait qu’un peuple colonisateur comme la France, a eu de régler un problème autrement que par la violence?”. Cette grande paix de Montréal a permis de signer une paix de non-agression avec 39 tribus autochtones, les cinq nations iroquoises incluses. Frontenac a été l’artisan de cette paix, qui s’est battu pendant 12 ans pour tendre la main aux Iroquois.

MiQ : En écrivant et en fouillant l’histoire de Frontenac, avez-vous découvert des évènements qui ont été peu publier?
Micheline Bail : Frontenac, est un personnage très controversé sur le plan historique. Il y a des historiens qui en ont fait un héros, d’autres ont dit que c’était une “merde” totale. Moi, j’ai fouillé dans les deux côtés de la controverse. Il m’a semblé que ce comte Frontenac, avait beaucoup plus de mérite que certains historiens en ont dit. Il a été l’artisan de l’expansion du pays vers l’ouest. Il a envoyé des personnes développer des ententes commerciales. Il a sans doute développé l’un des plus gros réseaux de contacts qui ressemblaient à un empire ce qui a permis au Canadien de tenir le coup pour repousser les colonies anglaises qui étaient plus nombreuses. De plus, c’est un passionné, il aime les arts, les femmes, … Dans ce roman, j’ai écrit dans les dernières pages “Notes de l’auteure”. Ces notes expliquent aux lecteurs, ce que j’ai romancé et ce qui s’est réellement passé.

MiQ : Comment avez-vous réalisé tout ce travail de recherches?
Micheline Bail : J’ai passé huit ans à écrire et à réaliser mes recherches. J’ai lu tout ce que les historiens ont écrit, mais d’autres personnages de ce roman ont eu aussi des livres qui leur étaient consacrées. Donc, j’ai dû aussi lire ces romans ou biographies. Frontenac a écrit à peu près 2000 pages de correspondances. Grâce aux archives qui sont assez bien fournies, j’ai lu également cela, ainsi que tous les livres en lien avec cette période. En écrivant cette histoire qui comptera deux tomes, j’ai essayé d’écrire des chapitres qui laissent le lecteur en suspens. Je souhaite qu’a chapitre le surprendre, lui donner envie de ne pas lâcher sa lecture.

MiQ : Selon vous, est-ce que Frontenac est un héros méconnu du grand public?
Micheline Bail : Il est méconnu du grand public. De 45 ans à plus, ils connaissent qui est Frontenac, mais très peu, pour les jeunes, Frontenac, est un château à Québec. On ne connaît pas son histoire au Québec.

MiQ : J’ai été surpris la le rythme, la cadence de votre écriture qui ressemble aux auteurs américains. Est-ce que cela a demandé beaucoup de travail pour trouver ce rythme?
Micheline Bail : Cela s’est fait naturellement. J’ai lu beaucoup d’auteurs américains. Avec ce livre je souhaitait pas de mots inutiles, utilisez le mot précis. Quand je lis un roman, j’essaye de retrouver cette cadence et j’essaye d’écrire de cette même façon, pour donner envie aux lecteurs de poursuivre sa lecture. C’est ma préoccupation principale, le lecteur. Il faut que je fasse avancer l’action, sans me répéter.

MiQ : Vous avez travaillé de nombreuses années dans le domaine de la santé, à présent vous êtes auteure. Dans quel métier vous vous épanouissez le mieux?
Micheline Bail : C’est dans l’écriture que j’ai le plus de plaisir. J’écris entre six et heures et je ne vois pas le temps passer. Je trouve que j’ai une puissance en écrivant. Le fait de créer un univers, c’est très plaisant. Avec le roman historique, il y a des balises, mais je prends plaisir à raconter des histoires. Frontenac par exemple, nous n’avons aucune photographie ou un tableau pour savoir comment il était. Moi, dans mon esprit je l’ai imaginé d’une telle façon. Cette marche de manœuvre est large et permet d’explorer son écriture à sa pleine puissance. Beaucoup de personnes pensent encore que le roman historique n’est pas de la littérature, alors qu’en France, c’est considéré comme de la littérature. Moi, de mon côté je pense que c’est le contraire.

MiQ : Avez-vous des rituels en écriture?
Micheline Bail : J’écris de neuf heures à 17 heures. Après deux ou trois thés le matin pour me réveiller. Je suis une fille de jour, donc j’écris cinq jours par semaine. Cela prend une grosse discipline. D’ailleurs, le second tome est en cours d’écriture.

MiQ : Vos projets?
Micheline Bail : Le prochain roman, après le second tome sur Frontenac, est déjà dans ma tête. Ce sera encore une plus grosse histoire. Ce sera l’histoire d’une métisse canadienne, dont le père était français et toujours dans la période du 17e siècle. Le régime français me fascine. Je trouve cela passionnant. Les Canadiens disent souvent qu’ils sont un peuple sans histoire et c’est faux. Elle est courte notre histoire, mais géniale à explorer.

Copyright – Made in Québec – Jean-Luc Doumont – 2008
Toute reproduction interdite sans la mention
https://madeinquebec.wordpress.com

Publicités
Catégories :Décembre 2008
  1. Aucun commentaire pour l’instant.
  1. No trackbacks yet.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :