Accueil > Janvier 2009 > Le livre à compte d’auteur. Est-ce la solution? Non!

Le livre à compte d’auteur. Est-ce la solution? Non!

Je vais essayer de répondre (sans faire trop long) aux demandes que je reçois dans mon courriel. Des personnes ont été flouées par des vendeurs de rêve qui exploitaient le rêve de jeunes auteurs en quête de se faire publier.

Mon devoir, je pense, est aussi à travers mes chroniques de donner des pistes de solutions aux problèmes. Bien humblement, je vais essayer de répondre, tout en restant objectif dans mes propos, sans accuser les entreprises en questions, mais elles se reconnaîtront. D’ailleurs, elles exploitent d’anciennes entrevues données aux télévisions locales par les auteurs pour se faire un nom.

L’auteur doit avoir avec sa maison d’édition une relation saine. Les maisons d’éditions qui ont pignon sur rue, sont des gens honnêtes, loyaux et dévouer pour la littérature. J’ai pour ces maisons d’édition le plus grand respect.

À travers mes chroniques littéraires, je travaille avec eux. Je propose chaque fois, des récits constructifs qui ne cassent jamais le livre. Je sais l’effort que cela demande aux auteurs, éditeurs, attachés de presse, pour faire exister un livre. Je ne casserai jamais un livre, j’essaye plutôt, de relever les points intéressants pour le lecteur, que je suis également.

Mais à travers cela, des pommes pourries envahissent le panier et des personnes en quête d’être éditées tombent dans le panneau de la publication à compte d’auteur.

Si à travers cette chronique, j’ai su réveiller une âme qui s’apprêtait à signer avec l’un de ces charlatans de l’édition, mon pari sera gagné.

Trop de jeunes auteurs me demandent si le livre à compte d’auteur est une solution pour être édité pour qu’enfin le manuscrit devienne un roman.

En premier sachez, qu’il existe de bonnes maisons d’édition à compte d’auteur et d’autres très mauvaises, c’est comme dans tous les métiers et l’édition à aussi son lot de mauvaises pommes, qu’il faut retirer du panier avant que vendeurs de paroles pourrissent le métier.

D’abord, je dois vous dire, que les « entreprises », qui offrent la possibilité d’imprimer votre livre, vous demanderont un montant. Plus que la somme des livres édités est conséquente, moins cher vous aller payer. Je connais certaines de ces entreprises et parfois « J.E. », devrait s’en mêler. C’est de la poudre aux yeux.

Lorsqu’un manuscrit est bon, nul besoin de payer. Les maisons d’édition vous demanderont de signer avec eux un contrat, sans que vous ne déboursiez un seul dollar. Ils s’occuperont de tout, ISBN, références, service de presse, corrections pour l’orthographe, …

Pour ceux qui souhaitent imprimer la vie de tante Jeanne ou sur les cinquante ans de mariage d’Yvon et Nicole, c’est la solution, parce que ce livre sera un témoignage, un cadeau que vous allez offrir à la famille.

Dans le cas du roman, tout le monde ne peut être éditeur, ni écrivain. C’est comme le métier de chanteur ou de maçon, il y a des dons naturels. Ceux qui vous font croire que votre roman est correct (malgré des fautes d’orthographe) et qu’en plus ils vous demanderont de payer en vous faisant croire au succès et qu’un best-seller n’est jamais réalisable, ils se trompent.

Est-ce normal d’avoir écrit durant des mois de votre vie, sans compter vos heures de travail, et au bout du compte, on vous demande de l’argent? Ce n’est pas normal, c’est même exploiter la misère du monde.

J’espère vous avoir aidé à voir plus clair, soyez prudent et renseignez-vous sur l’entreprise. Ne tombez jamais « en amour », avec leurs belles paroles qui racontent à tous les auteurs qui sont devant eux.

La prudence est de mise. Ces « entreprises » existent pour augmenter leurs chiffres d’affaires, ils exploitent vos rêves, rien de plus. Tout le contraire des maisons d’édition qui accompagnent l’auteur dans sa démarche.

Soyez très prudents !

Copyright – Made in Québec – Jean-Luc Doumont – 2009
Toute reproduction interdite sans la mention
https://madeinquebec.wordpress.com

Publicités
Catégories :Janvier 2009
  1. Aucun commentaire pour l’instant.
  1. No trackbacks yet.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :