Accueil > Janvier 2009 > Tom Perlmutter, président de l’ONF, se confie…

Tom Perlmutter, président de l’ONF, se confie…

790

Depuis Montréal, Tom Perlmutter, commissaire du gouvernement à la cinématographie et président de l’ONF, se confie sur la nouveauté de l’ONF : la salle de visionnage en ligne. En quelques jours, tous les médias en ont parlé. C’est un réel succès. Entrevue avec un homme passionné et tellement accessible. Un grand Monsieur avec un grand M.

MQ : L’ONF vient d’annoncer la mise en place d’un “Espace de visionnage” sur Internet. D’où est partie cette idée :
Tom Perlmutter : Vous le vivez vous-même, la révolution numérique. Vous êtes engagé dans un développement et une initiative très intéressante, mais vous le faites parce que vous avez un auditoire. Ce dernier à beaucoup changer durant ces dernières années, ils sont devenus des consommateurs. Pour l’ONF, c’est clair que nous devons être présents là où se trouve l’auditoire. Ce qui est une opportunité incroyable de rejoindre facilement le public. Nous faisons des visionnements dans les communautés culturelles, autochtones, ou encore dans les écoles, mais tout cela est dispersé. De plus, c’est impossible de faire vivre toute la collection de films de l’ONF, c’est surtout les nouveautés. Sur Internet, nous pouvons vraiment donner un grand aperçu des oeuvres de l’ONF. Nous travaillons avec des artistes qui ont réalisé des documentaires, même si cela date de 40 ou 50 ans, ils sont encore d’actualités. Ce sont des oeuvres remarquables. Pour le site Internet, nous souhaitons quelque chose facile à consulter, en donnant une qualité d’image et d’écoute pour faire revenir l’auditoire fréquemment sur le site.

MiQ : Le travail de numérisation de 700 documentaires a dû demander un travail colossal?
Tom Perlmutter : Oui. C’est un travail remarquable que nous effectuer à l’interne. Ce que nous avons souhaité c’est de donner l’accessibilité au site à des personnes vivant un handicap visuel ou auditif. Même s’il y a peu de films pour le moment qui leur sont accessibles, nous allons augmenter le nombre durant les mois à venir.

MiQ : Quel public souhaitez-vous toucher avec ce nouvel espace?
Tom Perlmutter : Absolument. C’est vraiment une façon de dire aux Canadiens : “L’ONF, c’est vous!”. Ce sont les portraits des Canadiens, c’est votre histoire et surtout vos histoires. Chaque visiteur trouvera quelque chose d’intéressant sur le site. Il y en a pour tout le monde, des plus petits ou plus grands. Il ne faut pas oublier, que ces oeuvres sont uniquement canadiennes, alors c’est comme si on ouvrait un album familial. C’est nous tous, à travers les régions que ce soit le Québec, Acadie, ou en Ontario. La force de l’ONF, a toujours été de donner la parole aux autochtones. De leur donner la chance de s’exprimer via des documentaires extraordinaires.

MiQ : Si on se projette dans l’avenir, est-ce réalisable de voir un jour une chaîne de télévision “ONF” sur le câble, au même titre que Discovery Channel ou National Geographic?
Tom Perlmutter : C’est quelque chose que l’ONF souhaite depuis longtemps. L’ONF a fait des demandes pour avoir des chaînes de télévision dans les années 50, 60, … Cela a toujours été rejeté par le CRTC. Maintenant, nous avons une possibilité avec Internet. Nous avons des pourparlers avec plusieurs partenaires. Nous n’avons pas besoin d’être exclusifs. Le monde du numérique appartient à tout le monde. Avec Youtube, nous avons déjà des accords ou des autres espaces. On aimerait beaucoup cela une chaîne de télévision. Si une porte s’ouvre, nous allons le faire.

MiQ : Depuis 2001, vous êtes devenu le directeur général de l’ONF, le moins que l’on puisse dire c’est que vous avez revitalisé la programmation du documentaire. Avez-vous atteint vos objectifs?
Tom Perlmutter : Je pense que oui. Moi je pense toujours aux choses que nous pouvons réaliser. Nous avons depuis les dernières années, une programmation remarquable. Le plus grand festival du documentaire est à Amsterdam, et nous avons un accueil remarquable. Nous avons une représentation inouïe. Nous avons reçu de nombreux prix pour les documentaires longs-métrages. En souhaitant réinventer le documentaire – c’est-à-dire non plus un média de diffusion, mais de création –, nous avons remporté des prix. Nous souhaitons que les créateurs maîtrisent totalement la nouvelle technologie.

MiQ : L’ONF a reçu de nombreux prix, dont des Oscars. Est-ce que cela ajoute une pression supplémentaire sur la qualité du documentaire?
Tom Perlmutter : Pour moi ce n’est pas de la pression, c’est une pression que je mets sur nous-mêmes, parce que l’ONF est incontournable, pertinent. L’ONF permet de réaliser des choses que l’on ne peut pas faire ailleurs. C’est cela qui est fondamental, c’est d’innover constamment. L’ONF permet d’offrir aux producteurs et aux cinéastes un espace unique de création. Nous souhaitons axer sur la relève et c’est notre devoir de donner l’opportunité à cette relève de s’exprimer et de créer.

MiQ : Faire une conférence de presse en direct sur Internet, est-ce aussi une volonté de se démarquer ?
Tom Perlmutter : Nous l’avons fait pour plusieurs raisons. Nous lancions un espace de visionnage numérique, donc nous devions aller vers le numérique. Nous souhaitions être novateurs encore une fois, pour diffuser l’information au plus grand nombre possible. Ce qui est important pour nous, c’était de savoir comment toucher un large public en dehors des grands centres urbains. Nous voulions démocratiser le tout. Que ce soit un journaliste à Québec ou sur l’Île du Prince Édouard, pouvait assister en même temps à la conférence de presse. Nous allons raffiner tout ce processus prochainement, c’était une première expérience. Sur le site de l’ONF, aura droit à des exclusivités et pas ailleurs. Chaque mois nous allons ajouter des films, nous allons être le site qui offre le plus de contenu sur l’Internet.

MiQ : Quel est l’avenir du documentaire au Canada?
Tom Perlmutter : Le documentaire c’est tellement fort. Au Canada, il y a un réel désir pour le documentaire. Les créateurs innovent, si dans les moments difficiles que nous connaissons (crise économique), les télévisions souhaitent offrir des documentaires a leurs auditoires, nous répondrons présent. Le documentaire sera encore plus fort dans les années à venir.

Quelques extraits de la conférence de presse

  • Mission de l’ONF :

Nous sommes la conscience culturelle de ce pays. Plus que toute autre organisation culturelle au Canada, nous avons la liberté de création et la responsabilité d’approfondir davantage, d’aller plus loin et de repousser les frontières. Au moment où nous nous affairons à redéfinir la notion des assises de ce pays, c’est-à-dire les valeurs civiques démocratiques qui unissent nos communautés riches et variées, le rôle de l’ONF s’avère crucial. Il s’agit de l’endroit où l’ensemble des voix canadiennes peut entreprendre les explorations les plus créatives qui soient. Pour jouer notre rôle d’incubateur de talents et d’expérimentateur de technologies et de formes, nous pouvons et nous devons faire ce qui ne se fait pas dans le secteur privé. À l’échelle mondiale, nous sommes d’ailleurs reconnus comme l’un des meilleurs laboratoires créatifs qui soit.

  • 70e anniversaire :

L’ONF célébrera cette année son 70e anniversaire. C’est un événement qui mérite d’être souligné. Tout comme l’ensemble des Canadiens, nous sommes fiers des réalisations de l’ONF. Et aujourd’hui, avec la révolution numérique, nous sommes en mesure de célébrer ces réalisations et de les partager, de façon instantanée, avec le monde entier. Nous entrons dans une époque où l’ONF peut jouer un rôle de leader et de catalyseur pour guider les créateurs canadiens dans leur démarche visant à raconter, interpréter ou dénoncer les grandes tendances de notre société.

  • Pourquoi aller en ligne

La réflexion que nous avons faite dans le cadre de l’élaboration de notre plan stratégique 2008-2009 à 2012-2013 nous a justement amenés à considérer les nouvelles technologies comme des outils permettant de démocratiser l’accès aux productions de l’ONF comme jamais auparavant dans notre histoire. L’ONF a entrepris de se renouveler avec ce plan stratégique, dont la pierre angulaire est la création et l’accessibilité en tout temps des films de l’ONF pour tous les Canadiens et les citoyens du monde. Pour y parvenir, nous misons sur le développement de canaux qui, jusqu’à tout récemment, n’étaient pas à notre disposition. Déjà, l’ONF a entrepris des initiatives importantes qui développent l’accessibilité de ses oeuvres par l’entremise de nouveaux supports. L’inauguration de l’un des premiers réseaux canadiens d’e-cinéma, dans cinq villes en Acadie, en est un bon exemple. On a également conclu des partenariats avec les télécoms pour rendre une programmation originale disponible sur des appareils mobiles.

  • Espace de visionnage en ligne

Aujourd’hui, alors que le monde change et passe au numérique, je suis très heureux de vous présenter notre plus récent et notre plus spectaculaire outil de diffusion des oeuvres canadiennes. Le nouvel Espace de visionnage en ligne, que nous dévoilons officiellement ce matin, offrira à tous les Canadiens un accès entièrement gratuit, en tout temps, à plus de 700 titres de notre répertoire. Notre Espace de visionnage en ligne rassemblera des gens de partout au pays, qui pourront découvrir autant des nouveautés que des classiques, réalisés par plusieurs des meilleurs cinéastes du Canada. À mon avis, nous n’aurions pas pu offrir un plus beau cadeau aux Canadiens et Canadiennes à l’occasion de notre 70e anniversaire. C’est la raison pour laquelle les films sont accessibles en version intégrale, plein écran et en haute qualité. Les processus de numérisation et de diffusion Web de nos oeuvres offrent une qualité inégalée pour ce type de contenu; une qualité supérieure à celle des vidéos diffusées sur des sites spécialisés avec un encodage haute vitesse.

—————–

Pour terminer, sachez que Tom Perlmutter, fait partie de ces hommes que l’on aimerait avoir comme patron. Il est passionné, inspirant et novateur. Une formidable entrevue qui commence bien l’année 2009 !

——————

Je prend quelques instants pour souhaiter un bon congé à une collaboratrice fidèle de l’ONF, Marie-Claude Lamoureux. Je souhaite publiquement là remerciée pour son dévouement et qu’elle reçoit toute ma gratitude et mon admiration. À bientôt MC.

Copyright – Made in Québec – Jean-Luc Doumont – 2009
Toute reproduction interdite sans la mention
https://madeinquebec.wordpress.com

Publicités
Catégories :Janvier 2009
  1. Aucun commentaire pour l’instant.
  1. No trackbacks yet.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :