Archive

Archive for mars 2009

“ Souvenirs d’amour : Le journal de mes vingt ans ” de Louise Portal + entrevue

Récit :

r_1770 Dans Souvenirs d’amour, Louise Portal revient à ses premiers écrits intimes où pendant une dizaine d’années elle a raconté sa quête amoureuse. En revoyant le livre qu’elle en avait tiré en 1981, sous le titre de Jeanne Janvier, elle a voulu le préciser, le corriger, sans toutefois lui enlever sa couleur et ses impudeurs, la vérité originelle des confidences qui firent de Robert Lalonde et François Truffaut des lecteurs profondément émus. L’écrivain québécois y reconnut la plume d’une consœur, le cinéaste français fut emporté, bouleversé par la liberté du propos.

Avis :

Écrire un journal intime, c’est donner à l’écrit toute sa transparence sans tabou, sans censure et offrir à ce dernier sa vie entière. Coucher sa vie sur papier est un don en soi, un don que peu d’écrivains puissent jouir de ce talent. Bien souvent cela tourne à l’autobiographie et les choses que nous aurions aimé savoir ne s’y trouvent pas.

Dans cette réédition de “Jeanne Janvier” sous le titre “Souvenirs d’amour – Journal de mes vingt ans”, tout est écrit. Avec une plume parfaite et sensuelle à souhait, elle donne à ces pages tout son amour, toute sa passion et tous ces souvenirs d’amour sans rien ne cacher. Elle se livre comme jamais.

Être sous le charme de Louise Portal et de son écriture, c’est ce que je suis. L’une de nos plus grandes actrices, est l’une de nos plus grandes écrivaines que le Québec puisse accueillir dans son jardin d’écrivains qui seront éternels.

Son livre est un témoignage de sa jeunesse – son regard est éternellement jeune, je l’ai vu –, mais traduit aussi que cette femme exemplaire est une grande amoureuse devant l’éternel. Autant les hommes que les femmes se retrouveront dans ce livre qui est unigénérationnel.

Un livre parfait tout simplement. Un livre très rare et précieux.

Madame Portal, je vous admire beaucoup.

P.-S. : Mention spéciale pour le livre qui est sous une couverture rigide, style journal intime. Merci de donner aux lecteurs ce genre de couverture que l’on apprécie tant.

Un livre INDISPENSABLE dans votre bibliothèque.

Auteure :

img39 Après Jeanne Janvier (1981), L’Enchantée (2001) et Cap-au-Renard (2002), Louise Portal nous replonge dans son univers poétique dans L’Angélus de mon voisin sonne l’heure de l’amour. De plus, elle a signé son premier texte destiné aux enfants: Ulysse et Pénélope.

Références :

Titre  : Souvenirs d’amour – Journal de mes vingt ans
Auteure : Louise Portal
Éditeur : HMH Hurtubise
ISBN : 978-2-89647-171-3
Prix : 19,95 $

———————–

Entrevue avec Louise Portal

En moins d’un an, c’est la seconde fois que j’ai le plaisir d’avoir Louise Portal en entrevue. Un réel bonheur. “Souvenirs d’amour : Journal de mes vingt ans” est la réédition de son journal intime sorti une première fois en 1981 sous le titre de “Jeanne Janvier”. Devant la pression des lecteurs qui ne pouvait plus se procurer ce livre, Louise Portal à décider de se replonger dans ces souvenirs de jeunesse et offrir de nouveau ce livre aux nombreux lecteurs qui l’attendait avec une grande impatience : “Depuis les dernières années, j’ai un lectorat important et souvent on me demandait la réédition de “Jeanne Janvier”. J’ai proposé à mon éditeur de le publier de nouveau, mais en revisitant ce livre. Je l’ai amélioré, parce que depuis 30 ans ma plume s’est améliorée”.

Ce livre intemporel a su traverser les années sans prendre une ride. Pour Louise Portal, l’importance de ce livre repose sur le fait qu’autant l’homme que la femme vont se reconnaître dans ce journal intime : “La quête amoureuse n’a pas d’âge. Je suis en accord avec vous, ce livre est intemporel. Je crois que cette quête amoureuse est valable à tout âge, les jeunes filles ou les jeunes hommes dans la vingtaine vont se reconnaître dans cette jeune femme que j’ai été. Moi, je me reconnais encore dans ce texte, alors que j’ai 58 ans. On apprend à vivre avec soi, mais finalement on ne change jamais dans cette quête”.

Pour l’écrivaine, il était impossible de penser que 28 ans plus tard, une nouvelle génération allait redécouvrir ce journal intime : “J’avais écrit mon journal en ne pensant même pas être édité un jour. C’est grâce à mon ami Robert Lalonde que ce journal à vu le jour. Il m’avait dit lorsque je lui ai fait lire mes cahiers qu’ils étaient remplis de poésie et il m’a proposé de m’accompagner dans le choix de certains passages. Je vais vous avouer que c’est seulement aujourd’hui que je me suis rendu compte de la valeur de ce livre, parce qu’il résonne encore presque 30 ans plus tard”.

Elle ne peut que se réjouir que ce journal touche autant de lecteurs et de lectrices : “Les lecteurs me réconfortent dans l’écrivaine que je suis. Au fond, c’est tellement difficile de vivre de sa plume avec le nombre de livres publiés. Le métier d’écrivain est un métier solitaire, on rencontre des embûches, des insécurités. On se demande souvent si ce que l’on écrit fera vibrer le lecteur comme on le souhaite. C’est un cadeau de voir qu’un livre touche autant le lecteur et que les gens achètent nos livres”.

Lors de la relecture de son journal, Louise Portal a passé par plusieurs émotions : “J’ai passé de l’irritation à la compréhension de “Jeanne Janvier”, cette quête de l’amour absolu, cet amour parfait. Lorsque j’ai terminé le tout, j’étais remplie d’émois et d’amours pour cette jeune femme que j’ai été. Je me suis dite : “Si je suis ce que je suis devenue, c’est grâce à cette jeune femme éperdue d’amour. Finalement, lorsque l’on ne sait pas rencontrer, on ne peut rencontrer l’autre”.

Une question me trottait dans la tête : “Est-ce que Louise Portal est une grande amoureuse devant l’éternel?” La réponse est plus que positive : “Tout à fait. D’ailleurs, mes livres en témoignent et même ce premier livre que j’ai écrit entre 18 et 28 ans et les plus grands rôles que j’ai interprétés en témoignent également. Je me souviens d’avoir joué dans un film qui s’appelait “Les amoureuses”, cela veut tout dire”.

Son rapport avec l’écriture est plus que fusionnel. Dans ce journal elle écrit : “Écrire parce qu’incapable de rester immobile. Muette. Traduire la rumeur de mon coeur. L’inscrire”. Depuis l’âge de 14 ans, Louise Portal écrit : “J’ai écrit mon journal, des chansons, ensuite je suis arrivée à l’écriture romanesque en 2001. J’ai choisi le nom de plume Portal, parce que c’est le nom de mon père. Même si je suis actrice, je savais bien qu’une carrière littéraire m’attendait, certainement un prolongement de la main de mon père, car ce dernier est au cœur de plusieurs de mes œuvres et il en est question aussi dans “Souvenirs d’amour””.

Elle est l’aînée de la famille. Elle écrit qu’elle s’est imposée “…d’être parfaite, sur la ligne de front, comme une ordonnance, une obligation, un devoir”. Aujourd’hui, cette recherche de reconnaissance à un peu changée : “J’ai écrit mon journal ce matin et je me suis rendu compte que j’étais dans une autre étape de ma vie. Je suis dans l’acceptation d’une nouvelle réalité professionnelle. Je ne suis plus dans les années de performances avec les ambitions qui s’imposent. Maintenant je suis dans quelque chose de différent et je n’arrive pas à le nommer. C’est une sorte d’accepter de vieillir. Lorsque nous vieillissons, la réalité autour de nous se transforme aussi, c’est un gros travail d’acceptation. Lorsque l’on accepte cela, c’est que nous sommes sereins”.

Le bonheur de Pierre

Depuis quelques semaines, le film “Le bonheur de Pierre” avec Pierre Richard et Rémy Girard est sur nos écrans. Louise Portal garde un merveilleux souvenir du tournage : “Le film fut un réel bonheur. Pour moi c’était un cadeau. J’ai joué avec mon camarade Rémy Girard, j’ai adoré ce tournage et l’accueil fut incroyable, parce que la communauté de Sainte-Rose-du-Nord a le cœur sur la main. Le film fonctionne bien, le public a accueilli ce film très bien. Nous avons du public dans les salles mêmes si nous avons été écorchés par une certaines critiques. Les gens qu’ils l’ont vu ne comprennent pas la réaction de la critique. Je me dis que la critique est désabusée, ils ont trop de films à regarder et ils sont devenus extrêmement exigeants, mais je suis certaine que les critiques n’ont pas saisi le film, pourtant ce sont des gens intelligents, mais ils l’ont pris au premier degré”.

Copyright – Made in Québec – Jean-Luc Doumont – 2009
Toute reproduction interdite sans la mention
https://madeinquebec.wordpress.com

Publicités
Catégories :Mars 2009

“ L’orpheline ” de Georges Lafontaine

Récit :

À la mort de sa mère, Agathe apprend qu’elle doit disperser ses cendres dans le lac Achigan. Mais il en existe plusieurs. Elle se lance donc à la recherche de ses ancêtres avec pour indice une vieille photographie. Ses fouilles indiscrètes feront surgir de vieux secrets de la Deuxième Guerre mondiale que certains voudraient garder cachés…

Avis :

Parmi les belles surprises de l’année 2009, il faut citer le nom de Georges Lafontaine. Ce dernier s’est lancé dans un roman exemplaire, basé sur des faits réels. Un peu comme les auteurs américains qui aiment ce mélange entre le roman et histoire réelle, Lafontaine propose un roman qui risque de créer de belles surprises auprès des librairies.

Même si l’auteur n’emploie pas le terme de “dommages collatéraux”, la vie d’Agathe Lecours en est remplie. Mettre en lumière la municipalité de Bouchette – enfin un auteur qui parle du Québec et non exclusivement de Montréal, cela fait du bien! – est une belle trouvaille, surtout le passage d’espions allemands durant la Deuxième Guerre mondiale.

Lafontaine possède un style littéraire classique, un mélange de Simenon et d’Ormesson qui en fait de ce roman un susceptible classique de la littérature. Je suis sorti de ce roman époustouflé par l’histoire, les personnages et par la prouesse littéraire de l’auteur.

J’espère que ce livre connaîtra un grand succès et peut-être une version cinématographique.

Époustouflant!

Auteur :

Natif de l’Outaouais, Georges Lafontaine est journaliste depuis 1979. Il a notamment été propriétaire de la station de radio CFOR-FM pendant 2 ans, ainsi que du journal La Gazette de Maniwaki pendant 9 ans. Il a également œuvré à titre d’attaché politique, poste qu’il occupe actuellement auprès de la députée de Gatineau. Récemment, il a été finaliste pour le Prix Régions Outaouais des CLD de l’Outaouais des Culturiades 2007 et pour le Prix littéraire Le Droit – catégorie fiction 2008 pour son tout dernier roman Le parasite. De plus, il a été invité d’honneur au Salon du livre de l’Outaouais en 2008. Très attaché à son coin de pays, qu’il décrit avec beaucoup d’affection, il y réside toujours avec sa conjointe Adela, qui lui a d’ailleurs inspiré la trame de Des Cendres sur la glace.

Références :

Titre : L’orpheline
Auteur : Georges Lafontaine
Éditeur : Guy Saint-Jean Éditeur
ISBN : 978-2-89455-309-1
Prix : 27,95 $

Copyright – Made in Québec – Jean-Luc Doumont – 2009
Toute reproduction interdite sans la mention
https://madeinquebec.wordpress.com

Catégories :Mars 2009

“ Un simple génie ” de David Baldacci

Récit :

zoomSIMPLE_GENIE_DVLP_COUV_OK_1233654413 Sean King, espion free-lance, est embauché par une entreprise high-tech afin d’enquêter sur la mort suspecte de l’un de ses chercheurs. Le siège social de cette entreprise est aussi bien protégé des intrusions extérieures que la Maison Blanche : on ne plaisante pas avec l’espionnage industriel. Pourtant, un autre mathématicien y est assassiné. Qui en veut à ces scientifiques, et sur quels projets travaillent-ils réellement ? Sean s’obstine à comprendre ce qui se trame dans ces mystérieux laboratoires, où les physiciens de haut niveau côtoient des informaticiens de pointe, mais aussi des agents de la CIA et une adolescente autiste. Bientôt, il en sait trop pour sa propre sécurité : il existe des secrets si terrifiants qu’il vaut mieux les oublier. Le vrai pouvoir, c’est le génie humain.

Avis :

Depuis “Les pleins pouvoirs”, en passant par “Les collectionneurs”, je suis fan de Baldacci. J’adore cet auteur. Avec impatience j’ai attendu la sortie de son nouvel opus dont certaines fuites sur Internet, le proclamaient déjà “thriller de l’année”. C’est dire mon impatience à la lecture de ce roman.

Si son roman s’appelle “Un simple génie”, le “grand génie” du thriller c’est lui. De la première à la dernière page, j’ai consommé sans modération chacune des lignes de ce petit bijou. Le style littéraire est très américain, les personnages et les situations sont parfois caricaturaux, mais l’histoire prend le dessus sur ces minuscules bémols.

Baldacci arrive avec brio à nous surprendre, à nous donner des palpitations à chaque chapitre et il est impossible de refermer le roman sans y avoir passé à travers.

Les fans de thriller retrouveront la plume cinématographique de l’auteur qui explore l’espionnage industriel avec un angle nouveau rarement vu dans les autres romans.

Un roman idéal qui ne laissera personne indifférent.

Un très bon achat.

À lire!

Auteur :

Depuis l’immense succès de son premier roman, Les Pleins Pouvoirs, vendu à trois millions d’exemplaires et adapté au cinéma par Clint Eastwood, David Baldacci est considéré comme un maître du polar. Cet ancien avocat a écrit une dizaine de best-sellers, traduits en 40 langues et publiés dans plus de 80 pays.

Références :

Titre : Un simple génie
Auteur : David Baldacci
Éditeur : Michel Lafon
ISBN : 9782749909820

Copyright – Made in Québec – Jean-Luc Doumont – 2009
Toute reproduction interdite sans la mention
https://madeinquebec.wordpress.com

Catégories :Mars 2009

“ Le chant de l’épée ” de Bernard Cornwell

Récit :

zoomCornwell_CHANT_EPEE_VRP_1231342473 Un royaume viking au nord, un royaume saxon au sud : voilà à quoi ressemble l’Angleterre en cette année 885. Mais des mercenaires s’emparent de Londres afin de contrôler la Tamise, menaçant ainsi l’équilibre fragile de la paix. Le roi Alfred convoque aussitôt son plus valeureux seigneur, le comte Uthred, et le charge de reconquérir la ville. Uthred, qui a grandi parmi les Vikings, parle leur langue et adore leurs dieux, mettra-t-il son épée légendaire au service de son souverain, alors qu’un homme revenu de parmi les morts lui a prédit que lui aussi deviendrait roi ?

Avis :

Au début j’ai eu peur lorsque j’ai vu écrit “Best-Seller International” sur le livre. Ce genre de description, issu du marketing, m’a toujours paru bizarre. La trouille d’être déçu. Je me suis plongé dans “Le chant de l’épée” un roman historique. Une fresque historique qui ressemble aux “Seigneurs des anneaux”, mais avec une écriture plus soignée et où les héros sont de véritables héros. De vrais guerriers à l’état d’âme conquérant et ne pensant qu’à la victoire. Dès la première partie “L’épouse”, le lecteur embarquera dans l’histoire avec une facilité déconcertante. L’auteur accompagne son lecteur dans une histoire qui tient la route parfaitement. Si vous souhaitez lire une magnifique fresque historique, “Le chant de l’épée” est le livre qu’il vous faut.

Sublime.

Auteur :

Bernard Cornwell est un auteur de romans historiques. Il est né à Londres en 1944 d’un père canadien et d’une mère anglaise. Son père était pilote et sa mère travaillait dans l’Air Force. Il est adopté par une famille a "Essex" ou il va adhérer à une secte particulièrement religieuse. Il s’échappa pour aller à l’université de Londres, il devient professeur avant de rejoindre la BBC où il travailla pendant 10 ans. Lors d’un travail pour la BBC, il se rend a Belfast ou il rencontre Judy, une touriste américaine. Elle ne peut venir vivre en Angleterre pour des raisons familiales, il décide de partir s’installer aux États-Unis pour écrire des livres. Bernard et Judy sont mariés depuis 1980. Il est considéré comme un grand spécialiste anglais du roman historique. On lui doit plusieurs séries de livres. La plus célèbre étant la série "Sharpe", racontant les exploits d’un officier de l’armée Britanique lors des guerres Napoléonienne. Cette série comporte pour l’instant vingt volumes.

Références :

Titre : Le chant de l’épée
Auteur : Bernard Cornwell
Éditeur : Michel Lafon
ISBN : 9782749909776

Copyright – Made in Québec – Jean-Luc Doumont – 2009
Toute reproduction interdite sans la mention
https://madeinquebec.wordpress.com

Catégories :Mars 2009

“ Révolution Française : Le peuple et le Roi – Tome 1 ” de Max Gallo

Récit :

Loin de l’Histoire officielle, des manuels de notre enfance, voici la Révolution française vécue de l’intérieur. Un récit exaltant et fondateur. Révolution Française : et s’il fallait la démaquiller ? Afin de comprendre comment un peuple, un Roi qui veulent réformer la France, qui rêvent de Vertu, de Liberté, d’Égalité, de Fraternité, sont emportés par la violence. Pourquoi la Terreur au lieu de la Vertu ? Pourquoi la Révolution au lieu de la Réforme ? Max Gallo reconstitue jour après jour les événements, il suit les acteurs, scrute l’opinion des citoyens anonymes, de ceux qui s’enthousiasment puis désespèrent, abandonnent les clubs révolutionnaires, et accablés voient se dresser la guillotine. Révolution Française : en suivant Max Gallo, on voit le pouvoir se décomposer, le royaume le plus admiré d’Europe se défaire, un monde nouveau apparaître, sur les ruines de l’Ancien régime. Mais entre ces deux mondes il y a, écrit Chateaubriand, " un fleuve de sang ". On rêvait d’une nation unie ? Et ce sont les massacres, les haines, et pour finir Bonaparte. On rêvait de paix ? Et c’est la guerre. On acclamait Louis XVI et Marie-Antoinette et ils montent les escaliers de l’échafaud, et l’on montre leurs têtes tranchées au peuple. Révolution Française : Max Gallo, loin de l’histoire officielle et de l’histoire maquillée, nous fait revivre de l’intérieur ces années de passion. Un récit exaltant et fondateur du séisme majeur de notre Histoire.

Avis :

Pour bien comprendre la Révolution Française, Max Gallo a eu l’idée novatrice de ne pas commencer sa fresque historique en 1789, mais quinze années plus tôt, soit en 1774, année phare de toutes les prémices de ces changements qui auront lieu quelques années plus tard.

Le premier tome “Le peuple et le Roi” est dense, les actions s’enchaînent les unes derrière les autres avec rapidité. Comme chaque roman de Gallo, l’oeuvre proposée est parfaitement écrite et l’histoire est maîtrisée sur le bout des doigts.

Le style littéraire de l’auteur est unique en son genre, il offre à chacun de ces livres une nouvelle vision pour mieux nous faire pénétrer – par la grande porte en passant – aux plus grands personnages historiques. Son écriture si parfaite donne à ces personnages une dimension historique encore plus grandiose et une portée littéraire magistrale.

Max Gallo est l’auteur le plus prolifique que l’Europe ait connu et le plus lu dans la francophonie et c’est pleinement mérité.

Ce génie de l’écriture frappe une fois de plus et mets ces confrères littéraires K.O.

Magnifique!

Auteur :

Max Gallo a toujours conduit de front une œuvre de romancier, d’essayiste et d’historien. Ses romans s’organisent souvent en suites romanesques : La Baie des Anges ; Les Hommes naissent tous le même jour et La Machinerie humaine – série de dix romans qui se donne pour objet de peindre des destins français dans les dernières décennies : le premier titre, intitulé La Fontaine des Innocents, est paru en 1992, ; et le dernier, Le Jardin des Oliviers, en mars 1999. Historien – agrégé d’histoire, docteur ès lettres, longtemps enseignant –, Max Gallo, avant de publier Napoléon et De Gaulle, est l’auteur de nombreuses biographies (Jaurès, Robespierre, Garibaldi, Vallès… ) et d’études d’ensemble (ainsi Les Clés de l’histoire contemporaine). Il a été éditorialiste à l’Express, a dirigé la rédaction du Matin de Paris. Un temps député de sa ville natale, Nice, puis parlementaire européen, il fut aussi secrétaire d’Etat et porte-parole du gouvernement (1983-1984). Il n’exerce plus de fonction politique depuis plusieurs années et se consacre tout entier à l’écriture. Il a été élu le 31 mai 2007 à l’Académie française au premier tour, occupant désormais le fauteuil n°24 de Jean-François Revel.

Références :

Titre : Révolution Française – Le peuple et le Roi – Tome 1
Auteur : Max Gallo
Éditeur : XO Éditions
ISBN : 9782845633490

Copyright – Made in Québec – Jean-Luc Doumont – 2009
Toute reproduction interdite sans la mention
https://madeinquebec.wordpress.com

Catégories :Mars 2009

“ Lili Klondike – Tome 2 “ de Mylène Gilbert-Dumas

Récit :

Mylène Gilbert-Dumas aura fait attendre ses lecteurs pendant un an avant de publier le très attendu tome deux de Lili Klondike. Dès les premières pages, on se laisse emporter par l’histoire de ces deux Québécoises audacieuses, Liliane et Rosalie, qui, envoûtées par la fièvre de l’or, n’hésiteront pas à emprunter les chemins semés d’embûches qui mènent au Klondike. Loin de l’image de la femme modèle de cette époque, Rosalie devra fuir Skagway où on veut la forcer à travailler au saloon. Elle laissera derrière elle son Dennis-James pour aller affronter seule les chemins enneigés qui la mèneront à White Pass City et au lac Bennett, avant de pouvoir fixer ses pénates au Klondike. En parallèle, à Dawson City, Liliane se retrouvera plus seule que jamais devant la famine qui menace la région. Elle ne reculera devant rien, cependant, pour réaliser son rêve, allant même jusqu’à se vendre à l’encan comme épouse pour l’hiver. Évocation d’un aspect méconnu de la ruée vers l’or, Lili Klondike tome II évoque l’histoire des rares femmes qui ont osé s’aventurer et laisser leurs marques sur ce territoire tant convoité à la fin du XIXe siècle. Mylène Gilbert-Dumas a décidé de plonger dans la recherche après un premier voyage au Yukon en 2001 où elle a été impressionnée de découvrir que plusieurs Canadiennes françaises étaient allées au Klondike. En 2006, l’auteure est d’ailleurs retournée au Yukon pour publier, un an plus tard, le premier tome de Lili Klondike. «Je fais toujours le voyage avant mes personnages», confie celle qui est déjà en train de rédiger le roman qui viendra clore cette trilogie.

Avis :

Retrouver cette chère Lili, c’est retrouver une amie dont on espérait de ces nouvelles avec une certaine impatience. Ce roman est comme les bons westerns de Sergio Leone. Il y a de la poussière, des femmes de caractères et une histoire dont on ne décroche pas d’une seule ligne, au point que l’on souhaite déjà lire le troisième tome avec empressement.

Mylène Gilbert-Dumas a le sens de la mise en scène, les personnages sont vifs d’esprits, passionnants et leurs destins exemplaires.

Pour ce deuxième tome, j’avais mis la barre haute dans mes espérances, car le premier m’avait captivé et totalement jetez par terre. Donc, j’ai lu ce roman avec passion et la surprise fut de taille. Je n’ai jamais été déçu de la suite, ce qui est rare pour une suite de roman, car comme on le sait, le Québec est devenu le champion des romans à plusieurs tomes et bien souvent la suite est moins réussie. Ici, c’est tout le contraire, j’écrirai même que ce second tome est encore meilleur, tant au niveau écriture que de l’histoire, cet opus est bien supérieur au premier.

Pour ceux qui aiment, les romans d’aventures à saveurs historiques seront au paradis.

À lire sans tarder une seule minute!

Auteure :

Mylène Gilbert-Dumas est née à Sherbrooke. Diplômée de l’Université Laval en enseignement du français au secondaire, c’est sa passion pour l’histoire, les voyages et l’actualité qui l’a finalement menée vers le roman historique. Après un séjour de vingt ans dans la région de Québec, elle est de retour à Sherbrooke et partage son temps entre les voyages et l’écriture. Elle est également l’auteure de deux romans pour adolescents dont l’un a obtenu un sceau d’argent M. Christie en 2004. Mylène Gilbert-Dumas a reçu le prix Robert-Cliche en 2002 pour Les dames de Beauchêne Tome I et a été finaliste du Grand Prix littéraire de la relève Archambault en 2004 avec le même roman.

Références :

Titre : Lili Klondike – Tome II
Auteure : Mylène Gilbert-Dumas
Éditeur : VLB Éditeur
ISBN : 9782896490714
Prix : 29,95 $

Copyright – Made in Québec – Jean-Luc Doumont – 2009
Toute reproduction interdite sans la mention
https://madeinquebec.wordpress.com

Catégories :Mars 2009

“ Plume de fauvette “ d’André Provonost

Récit :

La fille des Étoiles, fixée chez Blanche depuis l’avant-veille, flânait au soleil avec ses jumeaux, les petits Chef et Kimberly. L’après-midi battait son plein. Johnny était chez Jean-Marie, ravi d’avoir trouvé un moteur pour sa Pontiac. Violette pondait l’éditorial de son prochain numéro du Sexe controversé. Sentier Lumineux, magnifique à observer, affûtait son couteau à poisson. Jack sifflait dans un brin d’herbe. Bref, rien ne laissait présager les débuts d’une révolution qui, irrévocablement, allait bouleverser la marche de l’Histoire.

Alors que les citoyens du Bord-de-l’Eau vivent un drame sans précédent, à savoir la rupture annoncée entre Maude et Johnny, ce qui signifierait le cas échéant rien de moins que la mort de l’Amour lui-même, pourquoi faut-il qu’un autre événement d’une aussi grave conséquence vienne bousculer leur quotidien ?Le vieil érable qui donne derrière le Lonely Teardrop Chinese Restaurant, dans la partie supérieure de l’Épaule boisée, a été coupé net. Ce geste d’une sauvagerie innommable provoque la colère de Maude et des anciennes Playmates. Une coalition se noue qui aboutira à une Déclaration unilatérale de l’indépendance, un geste, nous rappelle le narrateur avec un à-propos évident, qui s’apparente à celui de « la guerre de Sécession entre le Nord et le Sud des États-Unis  ». Au Bord-de-l’Eau, il faut le savoir, chaque acte posé a une valeur fondatrice. André Pronovost, avec un doigté qui l’apparente à Marcel Pagnol par l’humour, le ton et l’humanité (mais aussi dans l’exagération!), nous présente le petit monde du Bord-de-l’Eau, là où chaque individu joue le rôle principal. C’est le cas, bien sûr, de Maxime Lamouche, l’as reporter du Courrier local, mais aussi celui de Lassie, elle qui passe à tout moment de la joie à la tristesse, car on a beau appartenir à l’espèce canine, on n’en est pas pour autant sans émotions, nom d’un chien.

Avis :

Plume de fauvette” est le nouveau roman d’André Provonost. Une œuvre réussie, même si parfois le fil conducteur tient sur un fil très mince, mais le lecteur entrera dans cette fabuleuse histoire qui l’enivrera du début à la fin.

C’est à partir du dixième chapitre que l’histoire prend tout son envol. Un envol voluptueux, délicat et avec l’humour qui est parsemé à chaque chapitre.

Le style littéraire de l’auteur n’a rien perdu de son flegme, il captive en quelques lignes son lecteur sans ne jamais le perdre en court de route. Un roman qui en plus de faire passer un message historique, fera passer du bon temps à ces nombreux lecteurs.

Lire André Provonost, c’est lire un roman qui traduit le temps présent d’une façon remarquable.

À découvrir.

Auteur :

André Pronovost est né à Saint-Vincent-de-Paul, Québec, en 1941. Il possède une maîtrise en psychologie expérimentale. En 1978, il a parcouru d’un bout à l’autre le sentier des Appalaches.

Références :

Titre : Plume de fauvette
Auteur : André Provonost
Éditeur : XYZ Éditeur
ISBN : 978-289261-548-7
Prix : 23 $

Copyright – Made in Québec – Jean-Luc Doumont – 2009
Toute reproduction interdite sans la mention
https://madeinquebec.wordpress.com

Catégories :Mars 2009