Accueil > Mars 2009 > “ Le procès de la momie “ de Christian Jacq

“ Le procès de la momie “ de Christian Jacq

Récit :

Londres, 1821. Un événement extraordinaire ameute le Tout-Londres aristocratique : de retour d’Égypte, l’aventurier Giovanni Belzoni organise la première exposition consacrée à l’art égyptien et s’apprête à enlever, en public, les bandelettes d’une surprenante momie. L’assistance retient son souffle : le corps est si parfait, si bien conservé, qu’il paraît vivant… L’étonnant spectacle fait scandale : un pasteur hystérique exige la destruction de cette relique païenne, un vieux lord veut la livrer en pâture à ses chiens, un médecin-légiste souhaite garder le corps pour étudier ce phénomène fascinant. Mais la nuit suivante, la momie disparaît… Et le pasteur, le lord et le légiste sont assassinés ! Le meilleur policier du royaume, l’inspecteur Higgins, est saisi de l’enquête. Pour lui, le suspect privilégié n’est autre que… la momie elle-même ! Il est également convaincu que le complot révolutionnaire qui agite les quartiers miséreux de Londres et la disparition de la momie sont étroitement liés. Aidé par une ravissante avocate, lady Suzanna, l’inspecteur Higgins réussira-t-il à résoudre l’énigme, avant l’inévitable procès de la momie ?

Avis :

Christian Jacq est l’un des auteurs le plus prolifiques de ces dernières années. Chacun de ces romans est traduit dans plus de 30 langues et connaît instantanément un succès mondial auprès du public.

Jacq n’a rien perdu de sa verve littéraire, il écrit avec vigueur, sachant faire ressortir les émotions et l’impatience de ces personnages. L’auteur plonge dans le savoir de l’égyptomologie pour réaliser un roman d’aventure qui ne perd jamais son souffle, tenant en haleine chapitre après chapitre son lecteur.

Si le perfectionnisme dans l’écriture devait porter un nom, elle s’appellerait… Christian Jacq.

Tant l’aventurier italien Giovanni Belzoni – une sorte d’Indiana Jones des années 1800 – ou l’inspecteur Higgins, sont des personnages que l’on souhaite retrouver dans de prochaines aventures. Ce duo fonctionne à merveille, la chimie est au rendez-vous. On en redemande encore.

Saisissant!

Auteur :

Christian Jacq a déclaré un jour que son plus grand bonheur était d’écrire au bord du Nil… Beau résumé d’une passion qui l’a envahi très jeune, à treize ans, en découvrant par hasard un magnifique ouvrage, L’Histoire de la civilisation de l’Egypte ancienne de Jacques Pirenne. Déjà fasciné par la littérature, il écrit des poèmes et s’essaie au roman – il en écrira huit en cinq ans, ainsi qu’un livret d’opéra ! A dix-sept ans, il se marie avant son baccalauréat et part avec sa jeune épouse en voyage de noces sur les traces de son rêve : première étape, le site de Memphis ; première rencontre, un colosse couché du grand Ramsès II… A vingt et un ans, l’aventure littéraire se précise avec un premier livre, un essai sur les liens entre l’Egypte ancienne et le Moyen Age. Christian Jacq a parallèlement abandonné la voie de la philosophie pour entreprendre des études d’archéologie et d’égyptologie, licence, maîtrise, doctorat d’études égyptologiques à la Sorbonne. Le titre de sa thèse : Le Voyage dans l’autre monde selon l’Egypte ancienne, qui sera publiée en 1986. Une carrière universitaire s’ouvre devant lui… à moins qu’un autre choix s’impose. D’abord la recherche purement historique, avec la publication de nombreux essais, dont L’Egypte des grands pharaons à la Librairie académique Perrin en 1981, couronné par l’Académie française. Christian Jacq devient aussi producteur délégué à France-Culture, et travaille notamment pour « Les Chemins de la connaissance ». Mais c’est grâce à un roman que le succès survient, en 1987, avec la sortie de Champollion l’Egyptien. Un succès fou qui bouleverse son existence… Il a quarante ans et dit lui-même qu’il est en train de vivre son rêve d’enfant ! Pour se consacrer à ce rêve, il quitte Paris avec sa femme et leur chien, Geb, et s’installe dans une maison-bibliothèque qui contient plus de dix mille ouvrages de référence, sans compter les revues scientifiques, les photographies… L’Egypte prend désormais une place incroyable, mais l’Egypte, c’est sa vie ! Et la passion populaire qu’il déclenche de livre en livre, si elle l’étonne un peu, ne le détourne jamais d’un travail intense, douze à quatorze heures par jour. Romans, essais, albums illustrés…, L’Affaire Toutankhamon en 1992 obtient le Prix des Maisons de la presse, et sa trilogie, Le Juge d’Egypte, en 1993 et 1994, reste un an sur la liste des best-sellers : plus de 300 000 exemplaires vendus ! Par ailleurs, ex-directeur de l’Institut Ramsès qui travaille à une « description photographique de l’Egypte » et à la publication de textes hiéroglyphiques, membre de diverses sociétés d’égyptologie, Christian Jacq poursuit l’exploration des sites pharaoniques qui ne fait que resserrer les liens qui l’unissent à ce pays mythique. En 1995, Christian Jacq se lance un nouveau défi, raconter la vie de Ramsès II en cinq volumes… Suivront, en 2000, La Pierre de Lumière (quatre volumes) et, en 2002, La Reine Liberté (trois volumes), l’ensemble de ces séries atteignant 23 millions d’exemplaires vendus à travers le monde. Il est ainsi devenu l’écrivain le plus lu de la planète ! En 2003 et 2004, paraît alors la grande saga en quatre volumes des Mystères d’Osiris ; et en 2005, dans un style tout nouveau, arrive en libraire un splendide éventail d’histoires étranges et mystérieuses : Que la vie est douce à l’ombre des palmes… En 2006, il décide de s’intéresser à la vie de Mozart. Avec les mêmes références à l’enfance, puisque Christian Jacq, à treize ans et tout en s’enflammant pour l’Egypte, a baigné dans la musique de Mozart et a très vite vu les liens qui unissaient l’immense musicien à cette terre de prédilection… Mozart et ses révoltes, Mozart le jeune prodige qui a dû se battre, ô combien ! pour être écouté, Mozart et son engagement franc-maçonnique, Mozart qui apprend l’Egypte à travers ses plus célèbres opéras… Mozart, une nouvelle prodigieuse série romanesque de Christian Jacq… Avec Toutânkhamon, l’ultime secret, Christian Jacq revient en Egypte sur les traces d’un pharaon universellement célèbre, nous entraînant dans une aventure romanesque palpitante, avec une révélation finale d’une portée exceptionnelle.

Références :

Titre : Le procès de la momie
Auteur : Christian Jacq
Éditeur : XO Éditions
ISBN : 9782845633988

Copyright – Made in Québec – Jean-Luc Doumont – 2009
Toute reproduction interdite sans la mention
https://madeinquebec.wordpress.com

Publicités
Catégories :Mars 2009
  1. Aucun commentaire pour l’instant.
  1. No trackbacks yet.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :