Accueil > Avril 2009 > “ Le masque étrusque “ de Louis Jolicoeur

“ Le masque étrusque “ de Louis Jolicoeur

Récit :

72126_couvert_masque.indd

Les objets ont leur vie propre, comme les êtres. On ne peut les posséder impunément. Ils circulent, passent de main en main, de ville en ville, comblant un désir, puis un autre. Ils se forgent chaque fois une personnalité différente, acquièrent avec les ans différents sens, selon ce qu’on veut y voir, la projection de soi qu’on y apporte, la part de soi qu’on y laisse, au-delà de la chose elle-même, mais aussi en son cœur intime.

Des ruines au milieu d’un écrin sublime : tel est le visage qu’offre la Sicile à Eugène, jeune médecin militaire, lors de l’invasion de l’île par les troupes alliées en juillet 1943. Une jolie paysanne dont il a sauvé la vie en l’opérant avec les moyens du bord prouve sa reconnaissance en lui offrant un trésor familial, un masque étrusque rapporté de Toscane par son grand-père. La guerre prend fin, Eugène prête ses services à un hôpital napolitain et son cœur à Anna, une jeune femme qui le place face à lui-même. Le masque est réputé porter malheur, mais Eugène ne se résout pas à s’en départir et le ramène au pays. Soixante ans plus tard, il confie à son fils Théo la mission de faire la lumière sur son origine et sa réelle nature et de trancher le cruel dilemme : rendre le masque ou le garder ? À la suite du masque étrusque, Louis Jolicœur nous entraîne dans un périple qui va de la Sicile à Naples, Paris, Rome, Québec et Florence. Autant de lieux où se nouent les fils d’une trame familiale complexe, où un simple objet suscite lâcheté, convoitise, ressentiment, mais aussi pur plaisir esthétique.

Avis :

En lisant ce roman, j’ai eu comme une impression que l’auteur apprécie beaucoup Umberto Eco. Il aborde le sujet de la même manière tout en donnant sa couleur personnelle dans son écriture.

La trame tient la route, les personnages sont enrichissants et les décors sont fabuleux.

“Le masque étrusque” est un fabuleux roman d’aventures qui mêle autant le suspense que la passion d’en connaître plus sur l’histoire de ce masque réputé pour porter malheur.

Je souligne le style littéraire de l’auteur, très soigné dans l’écriture et dans l’exploration de ces personnages.

À découvrir.

Auteur :

374 S’étant d’abord fait connaître pour ses traductions, Louis Jolicœur s’est rapidement imposé comme nouvelliste. Certains voient en lui l’écrivain québécois du voyage parce qu’il sait aller au-delà de la circonstance, du déplacement, du séjour loin de chez soi et proposer une conscience en pleine mutation. Né à Québec, Louis Jolicœur a fait des études en anthropologie, linguistique et traduction, complétées par un séjour postdoctoral à l’Université de la Sorbonne-Nouvelle. Il est aujourd’hui professeur de traduction à l’Université Laval. Nouvelliste, essayiste, romancier et traducteur passionné par la littérature sud-américaine, Louis Jolicœur est également interprète de conférence. Plusieurs de ses nouvelles ont été traduites en espagnol.

Références :

Titre : Le masque étrusque
Auteur : Louis Jolicoeur
Éditeur : L’instant même
ISBN : 978-2-89502-277-0
Prix : 22 $

Copyright – Made in Québec – Jean-Luc Doumont – 2009
Toute reproduction interdite sans la mention
https://madeinquebec.wordpress.com

Publicités
Catégories :Avril 2009
  1. Aucun commentaire pour l’instant.
  1. No trackbacks yet.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :