Archive

Archive for 19 avril 2009

Deux pièces de théâtre publiées aux Éditions Prise de Parole

“Iphigénie en trichromie” suivi de “La colère d’Achille” de Michel Ouellette

Récit :

Le dramaturge s’approprie deux mythes de la mythologie grecque qui s’inscrivent dans la continuité d’une réflexion portant sur « l’universalisme de la condition humaine » que Ouellette a amorcé avec Le testament du couturier. À travers ces mythes, il pose un regard critique sur notre société. Dans Iphigénie en trichromie, l’auteur revisite le mythe célèbre de la princesse Iphigénie — qui doit mourir pour que les vents se lèvent et que la flotte achéenne se rende à Troie afin de libérer Hélène — en privilégiant une perspective féministe. Dans cet univers, la reine domine le roi, mais des forces agissent dans l’ombre pour renverser la situation et mener à l’avènement d’un nouvel ordre social. Dans La colère d’Achille, l’auteur transpose l’histoire à notre ère moderne. Hatch [Achille] devient un mercenaire américain, à la solde d’une compagnie supranationale à l’oeuvre dans un pays du Moyen Orient. La pièce Iphigénie en trichromie a été portée à la scène le 27 septembre 2006, dans une coproduction du Théâtre du Nouvel-Ontario (Sudbury) et du Théâtre la Catapulte (Ottawa). La colère d’Achille a fait l’objet d’une lecture publique le 18 décembre 2005, à la Nouvelle scène (Ottawa).

Avis :

Les deux textes qu’offre Ouellette, sont issus du théâtre traditionnel, qui parfois malheureusement le public ne répond pas toujours présent. Même si à quelques reprises, une longueur se retrouve dans les textes, l’auteur arrive à décrocher quelques sourires au lecteur. Plutôt que de faire du théâtre populaire, Ouellette signe deux textes très humanistes, mais aussi pour un public d’inconditionnel du théâtre. Un théâtre plus expérimental, moins ouvert sur le grand public. Reste que les deux textes sont à lire pour découvrir l’univers intime de Ouellette. À découvrir.

Auteur :

Né à Smooth Rock Falls, dans le nord de l’Ontario, Michel Ouellette vit maintenant à Gatineau. Depuis plus de 10 ans, il se consacre à l’écriture. Il a longtemps travaillé en étroite collaboration avec le Théâtre du Nouvel-Ontario, dont il a été auteur en résidence en 1991-1992 et où plusieurs de ses textes furent créés. Sa pièce French Town méritait en 1994 le Prix du Gouverneur général du Canada. En 1995, il obtenait le prix du Consulat général de France à Toronto « pour la contribution de son œuvre à la littérature ontarienne d’expression française ». Son premier roman, Tombeaux, est paru en 1999 chez Interligne. Frères d’hiver est son premier recueil poétique.

Références :

Titre : Iphigénie en trichromie suivi de La colère d’Achille
Auteur : Michel Ouellette
Éditeur : Prise de Parole
ISBN : 978-2-89423-215-6
Prix : 19,95 $

————————-

Roger Roger de Mélanie Léger

Récit :

L’univers farfelu de Roger Roger est le fruit de l’imagination d’une jeune Acadienne, codirectrice artistique du théâtre gitan moderne, le Théâtre Alacenne. Parmi le cortège de personnages qu’elle présente, un couple se distingue : Roger et Annie, deux grands timides. Diplôme universitaire en main, Roger qui n’a pourtant pas de plan de carrière, se trouve un emploi comme électricien. Ses rêves, il les inscrit dans une lettre qu’il insère dans un PlayBoy. Pour sa part, Annie est une solitaire qui a pour seul ami un micro-ondes. Dès leur première rencontre, ils profitent d’une panne de courant pour unir leurs corps dans une mer de fils électriques. Une relation étrange, pimentée de maladresses et de situations comiques débute alors. Mais les problèmes de Roger ne le quittent pas pour autant. Doit-il prouver à son père, persuadé du contraire, qu’il « foutra quelque chose d’excitant dans sa vie ? » Le milieu acadien est unanime face au talent de Mélanie Léger : une «comédie déjantée d’une dérision rafraîchissante», signale Louis-Dominique Lavigne dans sa préface; une « comédie loufoque, avec un humour fin frisant l’absurde », déclare Sylvie Mousson de l’Acadie nouvelle; « une vision délurée, joyeuse, impertinente, même critique par instants, de notre société », affirme David Lonergan dans L’accent acadien. La pièce a été produite par le théâtre l’Escaouette en collaboration avec le théâtre Alacenne en 2005.

Avis :

On peut dire que l’univers de “Roger Roger” est farfelu, mais pour ma part, il donne un coup d’éclat à l’oeuvre proposée. Il respire un air frais que j’attendais tant d’une pièce de théâtre. J’ai retenu en plus de son impertinence qui m’a plu, une vision de notre société très juste. Elle ne refait pas le monde, mais plutôt donne sa vision sur la société avec sa sensibilité. En 22 tableaux, Mélanie Léger impose son jeu et son écriture avec une grande dextérité. Même si le texte n’est pas connu au Québec, je lui souhaite qu’après cette chronique, des directeurs de théâtre ouvrent leurs portes à Mélanie Léger pour jouer cette pièce dans une tournée québécoise. Fabuleux!

Auteure :

Originaire de Shédiac, au Nouveau-Brunswick, Mélanie Léger a terminé un baccalauréat en Art dramatique de l’Université de Moncton en 2005. Sa pièce Roger Roger, dans laquelle elle est aussi comédienne, est produite par le théâtre l’Escaouette, en collaboration avec le théâtre Alacenne (dont elle est co-directrice artistique). Elle signe l’écriture d’un projet de souper-théâtre de Noël Sous le Guy (Production de l’Entrepôt). Elle est la gagnante du concours Tremplin 2006, lui permettant de scénariser et réaliser un court-métrage fiction Un drôle de chapeau produit par l’ONF. Son texte, Laura de Montréal, est présenté au Festival du Jamais-lu (Montréal) en 2006, au Festival à Haute-Voix au théâtre l’Escaouette (Moncton) en 2007 et a été mis en lecture au Festival Zone théatrâle en automne 2007, dans le cadre des lectures du CEAD. Mélanie Léger a remporté la bourse Bernard-Cyr pour l’avancement du théâtre francophone au Canada 2006.

Références :

Titre : Roger Roger
Auteure : Mélanie Léger
Éditeur : Prise de Parole
ISBN : 978-2-89423-211-8
Prix : 15,95 $

Copyright – Made in Québec – Jean-Luc Doumont – 2009
Toute reproduction interdite sans la mention
https://madeinquebec.wordpress.com

Publicités
Catégories :Avril 2009

“ Bye Bye Baby “ d’Elyse Gasco

Récit :

byebyebaby

Il y a quelques années, j’ai commencé à rechercher activement ma mère biologique. Au Québec, les procédures d’adoption se font encore sous le sceau de la confidentialité, ce qui signifie que tout ce que je peux obtenir sur cette femme ne sont que des informations très générales – lorsqu’il y en a –qui ne me permettent pas de l’identifier. Je pourrais uniquement la rencontrer si telle était sa volonté. L’inverse est également vrai. Il ne peut y avoir rencontre que s’il y a consentement mutuel.

L’introduction à la pièce Bye Bye Baby est à l’image de ce que véhicule ce texte simple, direct et franc. Si Elyse Gasco ne cache pas la dimension autobiographique de l’oeuvre, elle parvient néanmoins à sortir de l’anecdote pour ouvrir une réflexion d’une rare pertinence sur la question de l’origine et de la maternité. Lorsque Ellie découvre qu’elle est enceinte et décide, quoique célibataire, de garder l’enfant, elle est inévitablement ramenée à sa condition d’enfant adoptée, abandonnée par une mère qu’elle ne connaît pas. Paradoxalement, la grossesse d’Ellie évolue en même temps que ses démarches pour retrouver sa Mère Naturelle, ancrant le personnage dans une ligne du temps bidirectionnelle : le passé de sa naissance et l’avenir d’un enfant à naître. Secondée dans ses recherches par Babs DuBois, une travailleuse sociale dure et juste, et par sa Mère Adoptive, qui soutient sa quête malgré ses appréhensions, Ellie jette sur la maternité et l’amour maternel un regard honnête. Culpabilité, curiosité, colère, angoisse, reconnaissance…toutes ces émotions sont appelées à contribuer à la réflexion de l’auteure.

Avis :

Toutes les femmes se reconnaîtront dans ce texte de pièce de théâtre signé Elyse Gasco. Même si la dimension autobiographique n’est pas cachée, elle explique très bien les nombreux questionnements d’une femme sur la maternité. Elle sort de la simple anecdote, c’est réellement un texte social qu’elle offre au lecteur. Lire une pièce de théâtre, c’est un réel plaisir. On peut imaginer nos propres décors, nos propres réactions. C’est un réel plaisir de lire ce texte qui restera parmi les mieux travailler de la nouvelle scène théâtrale. L’écriture de Gasco est franche, honnête et parfois provocante. Elle mélange la culpabilité avec la colère, tout en ajoutant l’angoisse. Je suis resté ému face à ce texte. Sur scène, ce texte devait prendre une dimension encore plus magique. À lire sans hésiter.

Auteure :

Elyse Gasco habite Montréal avec son mari et ses deux filles. Son premier livre, Can You Wave Bye Bye, Baby?, a obtenu le QSPELL Hugh MacLennan Prize for Fiction et le QSPELL/FEWQ First Book Award, et a été finaliste au Prix du Gouverneur général. Traduit en français par Ivan Steenhout et publié par L’instant même sous le titre Bye-bye, bébé, le recueil de nouvelles a été finaliste au Concours littéraire QWF et au prix Odyssées du livre. Elyse Gasco a aussi remporté le Rogers Writers’ Trust Fiction Prize et le Danuta Gleed Literary Award. Sa première oeuvre dramatique, Bye Bye Baby, a reçu un prix MECCA pour la meilleure création de la saison théâtrale montréalaise de langue anglaise, 2004-2005. Elyse Gasco se consacre en ce moment à l’écriture d’un scénario tiré d’une de ses nouvelles ainsi qu’à une seconde oeuvre littéraire.

Références :

Titre : Bye Bye Baby
Auteure : Elyse Gasco
Éditeur : L’instant Même
Collection : L’instant scène
ISBN : 978-2-89502-281-7
Prix : 16 $

Copyright – Made in Québec – Jean-Luc Doumont – 2009
Toute reproduction interdite sans la mention
https://madeinquebec.wordpress.com

Catégories :Avril 2009

“ Léo : l’ultime solution “ d’Hélène Lucas

Récit :

leo Qu’est devenu Léo, ce jeune garçon sensible et attachant ? Porte-t-il toujours en lui les séquelles d’une enfance troublée par le rejet de sa mère ? Après quelques années de stabilité, le passé le rattrape : sa famille est de nouveau confrontée à la maladie. Léo réalise que sa mère cherche à l’écarter de la solution, comme elle l’avait écarté de la vie de son frère disparu. Cette crise révélera à Léo sa propre histoire comme il aurait souhaité ne jamais la connaître. Le destin de cette famille en sera à jamais bouleversé. Après le succès instantané de LÉO, l’autre fils, Hélène Lucas replonge avec brio dans l’univers bouleversant de Léo, qui a captivé des milliers de lecteurs. Ce second volet, dans lequel les intrigues se succèdent, est encore plus émouvant. L’écriture magnifique et la justesse des sentiments rendent cette histoire si véridique qu’on a peine à croire que c’est un roman. Attendu impatiemment, LÉO, l’ultime solution comblera le lecteur et le touchera jusqu’aux larmes.

Avis :

Lors de la sortie de son premier roman “Léo, l’autre fils”, l’auteure Hélène Lucas, à susciter une véritable commotion auprès des lecteurs, mais aussi auprès des critiques qui ont salué son audace. En moins de quelques semaines, il fut nommé “best-seller”, c’était donc dire qu’une suite était inévitable et souhaitable.

Justement, parlons de cette suite. L’auteure, Hélène Lucas, offre encore à ces lecteurs une vaste gamme d’émotions qui laisseront verser quelques grosses larmes aux lectrices. Elles seront émues de cette suite, car une fois de plus, l’auteure explore les sentiments avec brio et justesse arrivent à captiver son lecteur en quelques chapitres.

En tant que lecteur, je me suis demandé si cette histoire était une version romancée d’un cas vécu. J’ai parfois cru, que je lisais, une histoire véridique. J’espère qu’un jour, que ces deux livres seront portés a l’écran.

Un grand roman très émouvant. Sortez vos mouchoirs!

Auteure :

Hélène Lucas est l’auteure de l’essai Profession, mère de famille paru à l’automne 2006 aux Éditions Sylvain Harvey. Léo, l’autre fils était son premier roman.

Références :

Titre : Léo : l’ultime solution
Auteure : Hélène Lucas
Éditeur : Éditions Sylvain Harvey
ISBN : 978-2-921703-91-8
Prix : 29,95 $

Copyright – Made in Québec – Jean-Luc Doumont – 2009
Toute reproduction interdite sans la mention
https://madeinquebec.wordpress.com

Catégories :Avril 2009

MiQ atteint 30 000 visiteurs par semaine…

Chères lectrices,
Chers lecteurs,

Depuis plus d’un an, la belle aventure de “Made in Québec” ne cesse d’atteindre et de pulvériser tous les chiffres de visites par semaine sur le site. Grâce à votre fidélité, le site a atteint la barre des 30 000 visiteurs unique par semaine. C’est un chiffre exceptionnel. Cela prouve votre attachement à la littérature, mais aussi aux chroniques de l’ONF, de Protégez-vous, mais aussi des CD. Vos nombreux commentaires sont chaque lu avec beaucoup d’attention de ma part et je ne cesse que de m’améliorer en vous offrant depuis deux mois les entrevues en “podcast” téléchargeables en MP3.

Je souhaite en premier vous remercier chaleureusement pour la confiance que vous portez à ce site, mais aussi je souhaite sincèrement remercier l’ensemble des auteurs qui acceptent une entrevue. Je ne pourrais passer sous silence, le travail de l’ensemble des attachés de presse qui travaillent avec “Made in Québec”. Dès la première heure, ils ont compris l’importance de ce site.

Je vous signale que je deviendrai dès ce 20 avril, le rédacteur en chef d’un nouveau journal économique dans la région du Saguenay-Lac-Saint-Jean. Il se nomme “Informe Affaires”. Ce journal est déjà disponible depuis un an sur la Rive-Sud de Québec et connaît un grand succès. C’est avec plaisir que j’ai accepté ce nouveau défi.

Mais soyez rassuré, le site “Made in Québec” continuera à exister, il ne s’arrête pas, que du contraire. Je vais poursuivre cette belle aventure en vous offrant des chroniques et des entrevues toujours enrichissantes.
30 000 fois MERCI!

Jean-Luc Doumont
Made in Québec

Copyright – Made in Québec – Jean-Luc Doumont – 2009
Toute reproduction interdite sans la mention
https://madeinquebec.wordpress.com

Catégories :Avril 2009

Un livre vraiment pas comme les autres

19 avril 2009 1 commentaire

Une édition de luxe de L’héritage de Victor-Lévy Beaulieu

 

couverture de luxe Les Éditions Trois-Pistoles sont heureuses d’annoncer qu’à l’occasion de leur quinzième année d’existence et des 40 ans de la vie d’éditeur de VLB, elles offrent aux collectionneurs et aux amateurs de beaux livres une édition de luxe de L’héritage, dans une version revue, complète et définitive, au tirage limité à cent exemplaires numérotés, signé par VLB, avec dédicace personnalisée.

L’héritage est l’un de nos grands classiques de la littérature et l’un des grands téléromans à avoir été diffusé au Québec, près de deux millions de téléspectateurs en ayant suivi les péripéties.

Seuls les deux premiers tomes de L’héritage, épuisés depuis longtemps, avaient paru. Dans la présente édition, VLB nous donne à lire pour la première fois l’histoire complète des Galarneau, « cette grande messe profane », « cette vraie tragédie grecque » dotées « d’un souffle immense et d’une force d’écriture peu commune qui sont les marques évidentes d’un extraordinaire talent ».

L’édition de luxe compte 840 pages, grand format, sur papier spécial Rolland crème 120M opaque; relié avec dos rond, avec tranchefile et signet, sur toile Arizona marron d’inde, estampage or; tranche de tête, de queue et de gouttière peint or à la main et boitier sur toile Arizona marron d’inde, estampage or. L’ouvrage se vend 750.00$ taxes et frais de transport compris.

Réservez votre exemplaire dès maintenant aux Éditions Trois-Pistoles, 31 route nationale est, Trois-Pistoles, G0L 4K0, téléphone : 1-418-851-8888, courriel : vlb2000@bellnet.ca.

Copyright – Made in Québec – Jean-Luc Doumont – 2009
Toute reproduction interdite sans la mention
https://madeinquebec.wordpress.com

Catégories :Avril 2009