Archive

Archive for mai 2009

“ Dissonances “ de Lise Blouin

Récit :

L-525-1

Depuis un temps, sa mère lui transmet ses vérités. N’attends pas après personne, ma fille, dit-elle. La vie est trop courte. L’autre dimanche, sa mère lui a demandé de tirer sa chaise près de son fauteuil, elle a de plus en plus de difficulté à bouger, elle a mal partout. Pauvre maman, lui murmure Florence. […] Elle essaie de ne pas s’affoler et tend l’oreille aux confidences de sa mère. Ne laisse pas la vie te surprendre en train d’attendre, lui dit sa mère comme si elle parlait en paraboles.

Les conseils d’une mère peuvent-ils modifier le cours d’une vie? Dans le cas de Florence, aucun doute, bien que, dès son plus jeune âge, elle ait été une dynamo. Une rebelle aussi qui a rué dans les brancards en mettant les pieds à l’école. En fait, elle n’était pas faite pour marcher au pas.L’histoire de Florence, c’est celle d’une féministe née dans l’Estrie au temps de la crise des années trente, à une époque où les femmes étaient soumises. Florence sera de tous les combats : elle se dépensera sans compter pour la défense des démunis, des mal payés, des femmes.Femme frustrée ? Absolument pas : Florence découvrira l’amour avec la fougue qui a toujours été la sienne. Épouse, mère et veuve, elle suivra le cours d’une vie intense passant souvent du bonheur à l’abattement, car qui peut prétendre détenir la vérité? Souvent, elle s’interrogera : faut-il vivre de la façon la plus égoïste comme le fait son amie Éliane, la pianiste, l’artiste qui apporte tout de même aux autres une part de bonheur grâce à son art, ou faut-il se dépenser sans compter pour les autres au risque d’y perdre son propre bonheur ? Portrait d’une femme avant-gardiste et passionnée. Un hommage à toutes celles qui se sont dépensées pour la défense de leurs droits. Portrait humain aussi, car rien n’est acquis sans souffrance…

Avis :

Un énième roman sur l’histoire d’une énième femme qui s’est battue pour ces droits. Chaque année, nous avons droit à un lot de livres sur ce sujet. Comme l’amour, ce sujet est inépuisable aux yeux des auteurs féminins. Pourtant, malgré le nombre sorti de ce genre de roman qui aurait bien pu raconter une fois de plus la même histoire, Lise Blouin, s’en sort avec brio. Elle plonge son lecteur, comme un réalisateur fixe sa caméra sous un angle nouveau. Ce livre est très réussi, tant au niveau littéraire que de l’histoire. Bravo!

Auteure :

Née en Estrie un 11 septembre, Lise Blouin écrit, comme pour nier la fatalité de la vie, des romans bien ancrés dans la réalité, celle d’individus, ses contemporains, en quête de sens aux liens qu’ils tissent, permanents ou éphémères. Après des études en pédagogie et en lettres à l’Université de Sherbrooke, elle enseigne et publie plusieurs ouvrages pédagogiques. Son travail d’écriture la conduit vers le roman, genre qu’elle privilégie et pour lequel elle se consacre maintenant à temps plein. L’or des fous, paru en 2004, lui a mérité le Prix Alfred-DesRochers, le Prix Prince-Maurice 2005 et une nomination au Grand Prix du livre de la Ville de Sherbrooke. Dissonances est son sixième roman.

Références :

Titre : Dissonances
Auteure : Lise Blouin
Éditeur : XYZ Éditeur
ISBN : 9782892615494
Prix : 25 $

Copyright – Made in Québec – Jean-Luc Doumont – 2009
Toute reproduction interdite sans la mention
https://madeinquebec.wordpress.com

Publicités
Catégories :Mai 2009

Un nouveau propriétaire à La Maison de VLB…

UN NOUVEAU PROPRIÉTAIRE À LA MAISON DE VLB

QUI DEVIENT LA MAISON DE L’ÉCRIVAIN !

Dans une conférence de presse tenue aujourd’hui, Germain Beaulieu a annoncé qu’il s’est porté acquéreur de La Maison de VLB de Victor-Lévy Beaulieu, qui était fermée depuis trois ans déjà. La Maison de VLB aura désormais pour nom La Maison de l’écrivain, car Germain Beaulieu, tout en conservant le musée consacré à Victor-Lévy Beaulieu, entend aussi ouvrir les lieux aux auteurs de l’est du Québec d’abord, puis à ceux de toutes nos provinces.

Si Germain Beaulieu s’est porté acquéreur de La Maison de VLB, c’est, dit-il, pour rendre hommage à celui qu’il considère comme le plus grand écrivain du Québec, dont l’œuvre et son implication militante dans le Bas Saint-Laurent constituent un patrimoine vivant à conserver et à développer. Une fois la restauration de La Maison de l’écrivain terminée, Germain Beaulieu en fera l’ouverture officielle le premier juin et annoncera alors les activités qui y auront lieu jusqu’au 30 octobre prochain. Les amateurs de cuisine végétarienne et de poisson seront heureux d’apprendre que Le grenier d’Albertine – Bistro de Germain offrira un grand choix de mets à prendre sur place.

Frère de l’écrivain VLB, Germain Beaulieu a été notamment le premier cuisinier du restaurant Le Commensal, enseigne la cuisine et a publié deux ouvrages sur le sujet. C’est aussi un maître horticulteur qui a contribué à embellir plusieurs de nos belles maisons québécoises.

Un premier visiteur, et non le moindre, a tenu la semaine dernière à voir ce que sera La Maison de l’écrivain : Monsieur Régis Labeaume, maire de Québec.

Copyright – Made in Québec – Jean-Luc Doumont – 2009
Toute reproduction interdite sans la mention
https://madeinquebec.wordpress.com

Catégories :Mai 2009

“ Révolution Française : Aux armes citoyens! – Tome 2 ” de Max Gallo

Récit :

OK-CV_Revolution_T2_BAT .qxd:Mise en page 1 Louis Capet ci-devant Louis XVI, roi de France, est monté sur l’échafaud, le lundi 21 janvier 1793, peu avant dix heures vingt du matin. Ce sang royal répandu rend tout compromis impossible. La république doit « vaincre ou mourir ». La Convention en appelle à la nation : « Aux armes, citoyens ! » Le danger est partout, aux frontières du pays comme à l’intérieur, où les différents partis se déchirent et bientôt s’entretuent. Pour un rien l’on devient suspect de traîtrise à la patrie. La loi des suspects remplit les prisons, la guillotine, ce « rasoir national », menace tout un chacun. La Terreur est à l’ordre du jour. Le peuple, lui, a toujours faim. Les départements, la Vendée, la Provence, les villes se soulèvent. Mais à trop couler, le sang devient un fleuve emportant tous et toutes dans sa fureur. Marat, Danton, Robespierre, Montagnards, Jacobins, Girondins, Enragés et Indulgents, sont tour à tour acclamés, honnis, réhabilités, décapités. « La révolution est glacée ». En 1795 enfin, le Directoire proclame le temps de la Concorde, et l’on se prend à rêver à la réconciliation. Mais les dirigeants corrompus détournent les richesses, se vautrent dans le luxe. Et le peuple recommence à gronder : « Au moins, du temps de Robespierre on avait du pain ! » Les « ventres creux » appellent à la révolte face aux « ventres dorés et pourris ». Alors s’avance un jeune général auréolé par la gloire conquise en Italie, en Égypte. Il promet le retour à l’ordre. Par le coup d’État du 18 brumaire, il s’empare du pouvoir. Il se nomme Bonaparte. Il déclare : « Citoyens, la révolution est fixée aux principes qui l’ont commencée : elle est finie. »

Avis :

Maître Gallo, nous revient seulement après quelques mois de la parution du premier tome consacré à la Révolution française. Ce second volume, est comme le premier, un chef-d’œuvre. Le récit est exaltant, captivant jusqu’à la dernière page. Gallo est l’un de ces rares romanciers dont les décors sont époustouflants, les dialogues ne sont jamais sobres et désuets, mais plutôt chacune de ces phrases enrichit notre amour pour l’histoire et nous permet de mieux cerner le personnage dans son contexte historique. Quand la plume de Gallo touche la feuille, ce n’est que pour écrire que de l’excellence et de la perfection. Ce livre en est un autre bon exemple. À lire sans hésiter.

Auteur :

Max Gallo a toujours conduit de front une œuvre de romancier, d’essayiste et d’historien. Ses romans s’organisent souvent en suites romanesques : La Baie des Anges ; Les Hommes naissent tous le même jour et La Machinerie humaine – série de dix romans qui se donne pour objet de peindre des destins français dans les dernières décennies : le premier titre, intitulé La Fontaine des Innocents, est paru en 1992, ; et le dernier, Le Jardin des Oliviers, en mars 1999. Historien – agrégé d’histoire, docteur ès lettres, longtemps enseignant –, Max Gallo, avant de publier Napoléon et De Gaulle, est l’auteur de nombreuses biographies (Jaurès, Robespierre, Garibaldi, Vallès… ) et d’études d’ensemble (ainsi Les Clés de l’histoire contemporaine). Il a été éditorialiste à l’Express, a dirigé la rédaction du Matin de Paris. Un temps député de sa ville natale, Nice, puis parlementaire européen, il fut aussi secrétaire d’Etat et porte-parole du gouvernement (1983-1984). Il n’exerce plus de fonction politique depuis plusieurs années et se consacre tout entier à l’écriture. Il a été élu le 31 mai 2007 à l’Académie française au premier tour, occupant désormais le fauteuil n°24 de Jean-François Revel.

Références :

Titre : Révolution Française : Aux armes citoyens! – Tome 2
Auteur : Max Gallo
Éditeur : XO Éditions
ISBN : 978-2-84563-350-6

Copyright – Made in Québec – Jean-Luc Doumont – 2009
Toute reproduction interdite sans la mention
https://madeinquebec.wordpress.com

Catégories :Mai 2009

“ Le Cercle littéraire des amateurs d’épluchures de patates ” de Shaffer & Barrows

Récit :

patates Aussi fantasque que son titre, et drôle, tendre, incroyablement attachant : voici un premier roman comme on n’en a pas lu depuis longtemps, qu’on a hâte de se passer de main en main.

Je me demande comment cet ouvrage est arrivé à Guernesey ? Peut-être les livres possèdent-ils un instinct de préservation secret qui les guide jusqu’à leur lecteur idéal…

Janvier 1946. Londres se relève douloureusement des drames de la Seconde Guerre mondiale et Juliet, jeune écrivaine anglaise, est à la recherche du sujet de son prochain roman. Comment pourrait-elle imaginer que la lettre d’un inconnu, un natif de l’île de Guernesey, va le lui fournir ? Au fil de ses échanges avec son nouveau correspondant, Juliet pénètre son monde et celui de ses amis – un monde insoupçonné, délicieusement excentrique. Celui d’un club de lecture créé pendant la guerre pour échapper aux foudres d’une patrouille allemande un soir où, bravant le couvre-feu, ses membres venaient de déguster un cochon grillé (et une tourte aux épluchures de patates…) – délices bien évidemment strictement prohibés par l’occupant. Jamais à court d’imagination, le Cercle littéraire des amateurs d’épluchures de patates déborde de charme, de drôlerie, de tendresse, d’humanité – Juliet est conquise. Peu à peu, elle élargit sa correspondance avec plusieurs membres du Cercle – et même d’autres habitants de Guernesey –, découvrant l’histoire de l’île, les goûts (littéraires et autres) de chacun, l’impact de l’Occupation allemande sur leurs vies… Jusqu’au jour où elle comprend qu’elle tient avec le Cercle le sujet de son prochain roman. Alors elle répond à l’invitation chaleureuse de ses nouveaux amis et se rend à Guernesey. Ce qu’elle va trouver là-bas changera sa vie à jamais.

Avis :

Derrière ce roman un peu à l’eau de rose, se cache une histoire très bien et qui va plaire à un nombre de lectrices assez conséquentes. Même si le titre peut paraître bizarre – mais tout le livre possède une drôlerie merveilleuse – ce roman passera à l’histoire des œuvres inclassables. Ce qui le rend parfois “bizarre” en fait son charme et le lecteur restera connecté à ce livre sans jamais s’en détacher une seule minute. Le duo Shaffer & Barrows fonctionnent à la perfection. Pour ma part, l’humour britannique devenait lassant. Si vous aimez les belles histoires, lisez ce livre. Le compagnon idéal pour l’été qui arrive. À lire.

Auteurs :

Mary Ann Shaffer est née en 1934 en Virginie-Occidentale. C’est lors d’un séjour à Londres, en 1976, qu’elle commence à s’intéresser à Guernesey.  Sur un coup de tête, elle prend l’avion pour gagner cette petite île oubliée où elle reste coincée à cause d’un épais brouillard. Elle se plonge alors dans un ouvrage sur Jersey qu’elle dévore : ainsi naît fascination pour les îles anglo-normandes. Des années plus tard, encouragée à écrire un livre par son propre cercle littéraire, Mary Ann Shaffer pense naturellement à Guernesey. Le Cercle littéraire des amateurs d’épluchures de patates est son premier roman, écrit avec sa nièce, Annie Barrows, elle-même auteur de livres pour enfants. Mary Ann Shaffer est malheureusement décédée en février 2008 – peu de temps après avoir su que son livre allait être publié et traduit en plusieurs langues.

Références :

Titre : Le Cercle littéraire des amateurs d’épluchures de patates
Auteurs : Mary Ann Shaffer & Annie Barrows
Éditeur : Nil
ISBN : 978-2-84111-371-2

Copyright – Made in Québec – Jean-Luc Doumont – 2009
Toute reproduction interdite sans la mention
https://madeinquebec.wordpress.com

Catégories :Mai 2009

“ Le mystère Neandertal ” de John Darnton

Récit :

neandertal Au plus profond des montagnes d’Asie centrale, un illustre archéologue trouve le crâne, en parfait état de conservation, d’un homme de Neandertal. Or la datation au carbone 14 est formelle : il ne s’agit pas d’une relique préhistorique, mais du crâne d’un individu du XXe siècle ! Le professeur adresse aussitôt un message énigmatique à deux anciens étudiants, Matt Morrison et Susan Arnot, puis ne donne plus signe de vie. Affolés par la disparition du savant dont ils finançaient les travaux, les membres d’une officine gouvernementale aux desseins troubles demandent à Matt et Susan de partir à leur tour pour le Tadjikistan. Les jeunes chercheurs s’embarquent alors dans une aventure extraordinaire, sur les traces de créatures qu’on croyait éteintes depuis quarante mille ans. Dotées de pouvoirs inouïs, de dons exceptionnels, elles pourraient bien supplanter très vite l’Homo sapiens…

Avis :

Depuis la mort de Michael Crichton, il n’y avait pas de successeur digne de son nom pour susciter autant l’intérêt des lecteurs. John Darnton est ce successeur et digne de son nom. En plus d’être un roman intrigant et d’aventures, il possède tous les ingrédients pour un film passionnant. L’auteur met en lumière les origines de l’homme, son métier de journaliste, dont les articles ont été maintes fois récompensés, signe un roman majestueux. En 28 chapitres, il ne perd jamais son lecteur. Il garde intact son esprit vif et le transporte avec lui en Asie. Avec ce roman, Darnton, signe un roman qui restera un classique de la littérature mondiale.

Auteur :

John Darnton est un journaliste de talent, dont les articles pour le New York Times ont été récompensés par le célèbre prix Pulitzer. Fort de son succès mondial avec La Conspiration Darwin, il se consacre désormais exclusivement à la littérature.

Références :

Titre : Le mystère Neandertal
Auteur : John Darnton
Éditeur : Michel Lafon
ISBN : 978-2749909967

Copyright – Made in Québec – Jean-Luc Doumont – 2009
Toute reproduction interdite sans la mention
https://madeinquebec.wordpress.com

Catégories :Mai 2009

“ La terre est à nous ” d’Annie Saumont

Récit :

saumont

Seize récits cruels et poignants, par la grande dame française de la nouvelle. Annie Saumont n’a pas attendu que la nouvelle revienne sur le devant de la scène littéraire pour s’en emparer. Bien que cela ne se sache pas assez, elle est aujourd’hui une référence dans ce domaine. Véritables prouesses littéraires, ses courts récits ont l’art de suggérer en quelques pages les destins contrariés de personnages ordinaires quelle parvient à rendre inoubliables. Un cambrioleur est pris au dépourvu lorsque la femme âgée qu’il vient dépouiller le prend pour son petit-fils et l’invite à rester déjeuner ; une femme retraitée s’imagine le voisin qu’elle entend par la cloison de son appartement sous les traits d’un possible compagnon de vie. Jusqu’à ce qu’elle découvre qu’il n’a que dix-huit ans ; mû par la gourmandise, un garçon s’arrête dans la rue pour manger des loukoums et tarde à transmettre un message qui aurait dû sauver la vie d’un homme. Trente ans après, on le retrouve obèse, perclus de culpabilité… Autant d’instantanés d’une rare maîtrise reprenant les thématiques obsessionnelles d’Annie Saumont, ces bribes de vie de personnages solitaires, marginaux, exclus, brisés par les drames de l’existence, qu’ils soient enfants maltraités ou incestueux, vieillards isolés, fous, assassins ou amoureux éconduits. Mais en contrepoint de toute cette misère, on trouve aussi dans ces pages une humanité bouleversante. En peu de mots, Annie Saumont noue entre le lecteur et ses personnages une intimité immédiate. Inlassablement, elle explore le genre à part de la nouvelle avec une virtuosité époustouflante et un style unique : cette langue épurée, tout en ellipse, où la sonorité des mots et des phrases compte autant que leur sens. La Terre est à nous est la réédition d’un recueil paru en 1998 aux Éditions Gallimard, dans une collection jeunesse devenue introuvable. Les Éditions Julliard ont donc décidé de rendre ce titre à nouveau disponible.

Avis :

J’ai souvent écrit mon admiration pour Annie Saumont. Une auteure qui maîtrise l’art de la nouvelle avec une perfection et une précision d’horloger. Pour cette réédition de son récit de nouvelles, avis à ceux et à celles qui n’auraient pas lu ce récit, je vous conseil de vous plongez dans cette lecture qui n’est certes pas distrayante, mais qui vous transformera en tant qu’être humain. Annie Saumont, connaît mieux que quiconque l’art de la nouvelle, les seize qui sont réunis ici, témoignent que malgré le temps qui passe, ils n’ont pas pris une seule ride. Ils sont encore de notre temps. Ils nous parlent au plus profond de nous même. Un moment de lecture rare. Magnifique!

Auteure :

D’abord connue comme traductrice de J.D. Salinger et de V.S. Naipaul, Annie Saumont écrit des nouvelles depuis trente ans.  Elle intervient régulièrement dans le milieu enseignant pour redonner aux jeunes le goût de lire. Désignée comme la sœur française de Raymond Carver, elle est unanimement saluée par la critique. Son œuvre est étudiée dans les universités américaines et traduite dans le monde entier.

Références :

Titre : La terre est à nous
Auteure : Annie Saumont
Éditeur : Julliard
ISBN : 978-2-260-01637-3

Copyright – Made in Québec – Jean-Luc Doumont – 2009
Toute reproduction interdite sans la mention
https://madeinquebec.wordpress.com

Catégories :Mai 2009

“ La condition ” de Jennifer Haigh

Récit :

zoomla_condition_1234863017 Cape Cod, été 1976 : comme chaque année, Frank McKotch, un éminent scientifique, son épouse Paulette et leurs trois enfants passent leurs vacances dans la demeure familiale. C’est à la plage que Frank est frappé par l’apparence de sa cadette. À treize ans, Gwen a encore la taille d’une fillette… Il comprend tout à coup qu’elle est atteinte du syndrome de Turner, et restera à jamais prisonnière de son corps d’enfant. Ce terrible diagnostic ébranle la famille entière : il leur faudra près de vingt ans pour se libérer d’une vaine culpabilisation et retrouver une forme d’équilibre. La Condition : un splendide roman psychologique sur les illusions et les réalités qui relient inéluctablement les parents, les frères et les sœurs.

Avis :

Voici un phénomène littéraire mondial. Jennifer Haigh à conquis en deux romans de millions de lecteurs. Le troisième que voici, grandira sans doute son lectorat. Son univers est celui du quotidien. Cette saga est l’illustration même que l’amour entre les êtres humains issus d’une même famille peut combattre toutes les tensions qui pourraient se dresser contre eux. L’écriture est américaine, à la fois parfaite et fonctionnelle. Sans artifices elle dépeint le quotidien d’une famille avec une jubilation magnifique. En lisant “La condition”, je me suis rappelé certains moments de ma propre vie. C’est là que j’ai compris sa force littéraire psychologique qui séduit tant de lecteurs. Ce livre est époustouflant.

Auteure :

Jennifer Haigh, diplômée du Dickinson College, a publié de nombreuses nouvelles dans diverses revues américaines. Elle vit aujourd’hui à Boston. Elle a remporté le prix PEN/Hemingway de la meilleure première œuvre de fiction pour Trois femmes.

Références :

Titre : La condition
Auteure : Jennifer Haigh
Éditeur : Michel Lafon
ISBN : 9782749909844

Copyright – Made in Québec – Jean-Luc Doumont – 2009
Toute reproduction interdite sans la mention
https://madeinquebec.wordpress.com

Catégories :Mai 2009